Réformes à l’Assemblée : Le pouvoir est en train de faire un coup de force, selon le CST

image_pdfimage_print

zeus_ajavon

Le Collectif Sauvons le Togo (CST) a estimé au cours d’une conférence de presse animée à Lomé vendredi que le projet de loi transmis par le gouvernement à l’Assemblée nationale sur les réformes est « une tentative de coût de force du pouvoir RPT/UNIR ».

Le collectif met en garde « le régime de Faure Gnassingbé contre cette action, et prévient qu’il ne ménagera aucun effort pour s’opposer « avec tous les moyens légaux » à cette tentative de coup de force.

Me Zeus Ajavon et les siens ont profité de l’occasion pour attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur « l’éventuelle modification unilatérale de la loi fondamentale en violation des textes en vigueur, et les conséquences qu’un tel coup de force pourrait avoir sur la situation déjà délétère qui prévaut dans le pays ».

Pour le premier responsable de collectif, Zeus Ajavon, il est inadmissible que le gouvernement et l’Assemblée nationale puissent tenir compte des propositions des parties prenantes aux discussions alors que l’un des protagonistes, les délégués d’UNIR, ont participé au dialogue « dans la posture de sourd muet », propositions qui d’ailleurs ne sont pas tous considérées.

« Les discussions qui ont eu lieu à Togo télécom portent sur un panel plus large que ce qui a été envoyé au parlement pour adoption. Ce qui veut dire que le gouvernement a pris volontairement la décision de n’introduire que ces textes qui l’arrangent certainement », a confié le coordonnateur du CST.

Ce dernier, tout en précisant que « rien ne peut se faire à l’Assemblée sans l’opposition », soutient par ailleurs que l’opposition parlementaire va voter l’adoption des lois qui pour eux sont bonnes pour l’enracinement de la vraie démocratie et pour le développement du peuple.

Tout en se réservant le droit d’informer le peuple tout entier sur ses prochaines actions conjointes avec la coalition Arc-en-ciel, les responsables du CST appelle la population à une participation massive aux manifestations prévues les 26, 27 et 28 juin prochains, pour protester contre les irrégularités recensées dans la vie politique du Togo.

Gaël N.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*