Il est
Flash info :: | La France suit avec préoccupation la situation au Togo. Nous condamnons fermement les violences récentes qui ont fait plusieurs victimes et appelons les parties à l’apaisement et à entamer un dialogue (ministère français des Affaires étrangères). | | Togo : Messenth Kokodoko, un des responsables du Mouvement NUBUEKE enlevé | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Le régime du Prince déprave les mœurs Kabyè à travers son style de gouvernance du Togo

image_pdfimage_print

faure_kabyes


Il y a quelques semaines, nous avions écrit un article sur le sens noble que le peuple Kabyè donne aux luttes traditionnelles Evala qui se tiennent tous les ans au mois de juillet dans la préfecture de la Kozah.
 
Dans cet article, nous faisions état d’une série de valeurs morales, intellectuelles et spirituelles que ce peuple développe et inculque à tous ces fils et qui leur servent de vraies armes de combat pour la vie.
 
Qui a lu cet article a dû certainement percevoir un contraste et un paradoxe entre la vision qu’un vrai Kabyè a de la vie et le comportement peu honorant et quasi indigne qu’affiche actuellement la poignée de Kabyè qui dit diriger ce pays.
 
Le paradoxe est réellement flagrant et tout à fait net au point où tout observateur avisé est fondé à s’interroger sur l’identité réelle de nos dirigeants actuels et en qui la quasi-totalité des Kabyè ou même du peuple togolais ne se reconnaissent guère.
 
Ce paradoxe est d’autant plus vrai que la dignité et la noblesse qui constituent le substratum de base cimentant significativement les relations entre les Kabyè d’une part et entre les Kabyè et d’autres peuples de l’autre, sont désormais devenues des vertus les plus anéanties au Togo. Comment est-ce possible ?
 
Comment a-t-il été possible qu’un système qui se revendique d’une identité aussi noble, a pu autant s’écrouler par terre au point d’anéantir si magistralement et sans coup férir, toutes les valeurs qui font la dignité du peuple Kabyè ?
 
C’est plutôt ahurissant !!! Et c’est à se demander si les dirigeants actuels du Togo possèdent encore un iota de repère qui permettrait réellement de les récupérer un jour.
 
Comment a-t-il été possible que les fils d’une même maison, et mieux d’un même géniteur, aient été capables, aux yeux de tout un peuple, et pour de simples intérêts matériels, de se haïr au point où le plus fort ait fini par embastiller le moins fort pendant plus de 5 ans sans état d’âme, ni commune mesure ? Incroyable !!!
 
Comment a-t-il pu être possible que les dirigeants actuels du Togo aient pu si facilement développer l’ingratitude, la lâcheté, la peur, le complexe …au point de finir par manger tous ceux qui se sont investis corps et âme pour faire d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui ?
 
Il n’est nullement besoin de s’évertuer encore à citer des exemples pour illustrer cet état de fait au Togo. Le seul cas de Pascal Bodjona à qui l’on a imposé une lourde croix après ses nobles services loyalement rendus à cet avorton de régime est suffisamment illustratif.
 
Quel Kabyè digne de ce nom, ou même quel togolais bien éduqué et réellement pétri des valeurs morales et spirituelles se reconnaîtrait dans le style malsain de gouvernance du Prince au Togo ?
 
Depuis quand le Kabyè a-t-il commencé à cultiver la lâcheté, le faux-fuyant, la roublardise, l’immoralité, l’acculturation, les gamineries, le mensonge, la piraterie, la falcification, la gloutonnerie et même le vol ? Une vraie honte !!!
 
Quel dirigeant digne de ce nom peut effectivement percer l’histoire sans un minimum de valeurs morales et spirituelles ? En réalité, il n’y a que des âmes légères qui puissent tomber aussi facilement dans l’avidité au pouvoir au point d’anesthésier la raison et le bon sens au profit malsain de leur éphémère égo.
 
Qui plus est, la science initiatique et ésotérique nous enseigne avec pertinence que dans la vie, l’on a que ce qu’il redoute le plus. Plus vous avez peur d’un danger, mieux vous l’attirez.
 
Si le fils-héritier d’Eyadema a tant peur de perdre le pouvoir au point de passer par tous les moyens, même les plus immoraux et les plus bestiaux pour s’y accrocher, il finira lamentablement à le perdre un jour ou l’autre.
 
Que ceux qui ont des oreilles entendent !!!
 
Pour ceux qui n’avaient pas lu cet article sur les Evala, nous le reproduisons ici pour leur permettre de se mettre en phase avec ce que nous sommes en train de dénoncer dans ce nouvel article. C’est vraiment dommage pour le Togo et son peuple.
 
Les rites Evala en pays Kabyè, un pacte social bradé
 
Cette année encore, en ce mois de juillet, la tradition a été respectée en pays Kabyè. Du 12 au 19 juillet, les rites traditionnels Evala ont eu lieu dans les 14 cantons que comprend la préfecture de la Kozah.
 
Occasion pour les natifs de ce milieu et des estivants de se retrouver dans une ambiance festive où les jeunes ont exhibé leurs bustes et démontré leur force physique et leur endurance dans les arènes à travers les luttes.
 
L’éclat folklorique et festif de toutes ces cérémonies a été amplement rehaussé, cette année encore, par la présence effective du Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, lui-même originaire de ce milieu.
 
A cette heure où ces luttes ont pris fin et que le tout monde est en train de regagner son lieu de résidence, il nous paraît judicieux de revenir sur le sens profond qu’incarnent ces rites initiatiques séculaires propres au peuple Kabyè.
 
En effet, les Kabyè sont un peuple par essence vaillant qui, au départ vivait dans un environnement relativement hostile où la recherche du foin exigeait de l’homme, un ardent travail particulièrement physique, mais aussi une intelligence soutenue.
 
Il fallait à tout prix défricher montagnes et vallées, ainsi que des forêts entières, abattre des arbres aussi robustes soient-ils, pour semer les graines de maïs, de sorgho et tous autres céréales ou tubercules pour s’assurer d’être à l’abri de la faim et du besoin.
 
Il fallait aussi développer des valeurs d’endurance, de vaillance, de courage, de stoïcisme, d’habileté pour non seulement affronter les bêtes féroces de la brousse lors des chasses traditionnelles, mais mieux encore, résister à l’assaut de l’ennemi éventuel qui pourrait troubler la quiétude de ce vaillant peuple.
 
Ainsi, l’éducation du jeune Kabyè reposait fondamentalement sur l’infusion de ces valeurs et vertus auxquelles ce peuple tient à la fois par nécessité et par conviction.
 
La formation du jeune procédait donc d’une démarche pratique et démonstrative qui permet d’inculquer significativement et définitivement toutes ces valeurs qui font la fierté du Kabyè. Autrement dit, c’est par l’exemple et la pratique que les Kabyè éduquaient et formaient les jeunes.
 
Voilà comment, dans cette quête permanente du courage, de l’endurance, du stoïcisme, de l’audace, de l’habileté, de la ruse et de toutes autres valeurs morales et spirituelles, le Kabyè a fini par inventer la lutte physique pour tester le niveau de performance de tout jeune et l’évaluer par rapport à sa caste d’âge.
 
Il est question et en même un devoir sacré pour tout parent Kabyè de forger une identité digne à son fils dont le rôle est non seulement de protéger la famille dont il est issue et d’assouvir à ses besoins mais aussi, d’être une fierté pour la communauté entière qui doit pouvoir compter sur celui-ci pour la défendre en cas de tout besoin.
 
Il s’agit justement pour tout parent, d’amener son fils à signer une sorte de pacte social avec sa communauté qui l’engage à s’assumer pleinement et infailliblement dans la défense de celle-ci.
 
L’on lui apprend précisément à manger à la sueur de son front quelles que soient la rudesse et l’hostilité de la vie. L’on lui apprend à incarner toutes ces valeurs sociales, morales et spirituelles qui lui permettent de grimper les échelons de la vie avec les armes appropriées de combat.
 
Les luttes traditionnelles Kabyè tiennent donc leur essence de ce désir permanent de ce peuple, de développer chez le jeune des valeurs et vertus dignes qui identifient le Kabyè partout où il passe.
 
Le fait qu’à l’occasion de son initiation, le jeune est tenu de manger la viande du chien n’est pas anodin ou superflu.
 
En réalité, le chien est un grand symbole pour le Kabyè. Il représente d’une part la fidélité à son maître, mais mieux encore, il est un bon gardien de maison, toujours vigilent et alerte. Et enfin, le chien est cet animal domestique qui a toujours la rage de vaincre et le désir d’attaque.
 
Manger donc la viande du chien, signifie pour le jeune Kabyè, s’approprier ses vertus pour agir comme lui dans la vie de tous les jours.
 
Ainsi, bien plus qu’un simple folklore, les luttes Evala revêtent un sens sacré et immacerscible qu’aucun Kabyè ne saurait négliger dans sa vie active.
 
En principe, aucun jeune ne peut se targuer d’être un vrai Kabyè s’il n’est pas passé par ce processus initiatique rigoureux d’intégration sociale.
 
C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est inconcevable qu’un Kabyè digne de ce nom, suffisamment ancré dans ces valeurs initiatiques de base, vienne à manquer de noblesse et de courage dans les actes qu’il pose tout au long de sa vie active.
 
Ce descriptif que nous faisons ici sur la formation sociale et spirituelle du jeune Kabyè, les loges maçonniques et beaucoup de religions et sciences initiatiques de l’Orient le connaissent parfaitement.
 
En vérité et selon les principes de base qui fondent l’identité de ce peuple, l’ingratitude, la lâcheté, la légèreté, la faiblesse, l’immoralité, l’indécence, la cupidité, la peur, le vol et toutes autres carences qui réduisent la dignité de l’homme ne font pas partie de la culture Kabyè.
 
Les incessants errements et divagations que l’on note aujourd’hui dans les agissements de certains prétendus cadres et intellectuels Kabyè constituent une honte pour ce peuple plutôt exemplaire. Ces petites âmes, par leurs actes indignes finissent par ternir la noble image du Kabyè.
 
Et pour tout dire, il n’importe pas seulement pour quiconque d’assister évasivement chaque année aux luttes Evala en pays Kabyè. Il est question, chaque fois que l’on voit les images de ces luttes, de se remémorer tout le sens profond et les vertus universelles que ces rites revêtent et s’en approprier autant que possible. Cela participera à forger un salut heureux pour le Togo et l’ensemble de son peuple.
 

Commentaires

comments

Publié le 20 août 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer