Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Remplacement des démissionnaires d’UNIR à la CENI : Me Dodzi Apévon craint pour le reste du processus électoral

image_pdfimage_print

apevon-dodzi-car


Selon le président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Me Dodzi Apévon, intervenant dimanche dans l’émission « 12-13 » de la radio Nana FM, il y a eu démission et remplacement des membres de l’Union pour la République (UNIR) à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à cause de la date du 21 avril 2015 choisie par ladite commission en séance plénière le 11 février dernier.
 
Le parti au pouvoir, selon Me Apévon, aurait voulu que l’élection présidentielle se tienne le 15 avril, au lieu du 21 avril.
 
« Les gens ont fait un travail technique et à cause de ça on les oblige à démissionner pour un travail de compilation de dates qui tombe sur un 21 avril, parce que le gouvernement souhaiterait que l’élection ait lieu le 15 avril », a déclaré en substance le président du CAR.
 
Pour Me Apévon, les trois (3) nouvelles personnes désignées par le parti UNIR en remplacement des démissionnaires, sont « des loups » et des caciques d’UNIR qui ne seront prêts à faire aucune concession ».
 
« Ce qui s’est passé, démontre que la CENI n’est pas en mesure de proclamer les résultats provisoires des élections en son âme et conscience », a-t-il redouté tout en ajoutant que le Togo risque de connaître la même situation qu’au lendemain de la présidentielle de 1998.
 
« En 1998, on a organisé une élection, le général Eyadéma sait qu’il est battu et il a fait arrêter la compilation des résultats. La présidente de la CENI qui doit prendre ses responsabilités, a démissionné, créant ainsi un vide volontaire et le ministre de l’intérieur va au créneau pour dire qu’il proclame les résultats », a-t-il indiqué.
 
Pour éviter cette situation, a-t-il proposé, tous les acteurs doivent s’arrêter pour réfléchir. Le »s réformes politiques, notamment la limitation du nombre de mandats présidentiels et l’obtention du scrutin uninominal à deux (2) tours constituent une condition sine qua non pour que cette échéance électorale se déroule dans les conditions requises, a-t-il maintenu.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Publié le 16 février 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer