Remplacement des représentants d’UNIR à la CENI : Gilbert Bawara tente de justifier

image_pdfimage_print

bawara_gilbert_500


Les informations selon lesquelles les représentants de l’Union pour la République (UNIR) à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont démissionné et été remplacés par d’autres personnes « pour fautes graves » ne sont pas « fondées ». C’est ce qu’a tenté de faire croire mardi sur la radio Kanal FM, le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Gilbert Bawara.« Je n’ai pas appris que les personnes qui représentaient UNIR au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) auraient démissionné pour fautes graves », a déclaré le ministre qui a comparé ce « réaménagement » d’il y a quelques jours, aux modifications opérées par certains partis politiques de l’opposition dans leurs représentations au sein des Commissions électorales locales indépendantes (CELI), les démembrements directs de la CENI.
 
« Il s’agit d’un réaménagement que le parti UNIR a opéré. Je ne considère pas cela comme un fait extraordinaire ou quelque chose qui pourrait induire des conséquences préjudiciables au processus électoral », a-t-il précisé et d’ajouter que si UNIR a agi ainsi, c’est parce qu’elle estime que l’intégrité du travail effectué à la CENI ne peut être affectée.
 
« Si nous cherchons trop à singulariser les choses à l’aune de considérations partisanes et politiques, nous risquons de donner à la CENI une image que je ne souhaite pas », a prévenu le ministre de l’Administration territoriale.
 
Pour lui, à partir du moment où les membres de la CENI prêtent serment, ils ne sont plus au service d’une sensibilité ou d’une tendance politique quelconque. « Ils doivent chercher à travailler en vue d’un processus électoral transparent, crédible et fiable. La CENI ne travaille pas que pour les partis politiques, encore moins pour le gouvernement. Elle veille en faveur d’un processus électoral auquel l’ensemble des Togolais, des partis politiques et n’importe quel candidat doivent pouvoir se reconnaître », a-t-il ajouté.
 
Ce dimanche, sur une radio de la place, Me Dodzi Apévon président du Comité d’action pour le renouveau (CAR, opposition), parti représenté à la CENI, a clairement redouté les nouveaux représentants qu’a envoyés UNIR à la CENI. Il a également douté de la bonne marche du reste du processus électoral.
 
Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*