Renouvèlement de la CENI, Faure utilise Fo Gil pour diviser l’opposition

image_pdfimage_print

faure_gil


Fo Gil est un faux. Le fils du père de la nation est vraiment pernicieux, méchant, cruel, fainéant, revanchard et particulièrement dangereux pour le peuple togolais et sa démocratie.
 
Le vieux sénile n’est en réalité guidé dans sa fameuse lutte politique que par son ventre, son intérêt personnel et sa gloire individuelle.
 
C’est bien lui que le pouvoir utilise aujourd’hui pour diviser l’opposition sur les quotas à répartir entre les partis politiques en vue de renouveler les membres de la CENI.
 
La démarche a à cet effet consisté, à élaborer et voter l’année dernière, une loi inique portant statut de l’opposition où il est inséré une disposition curieuse qui donne la possibilité à tout parti politique de choisir d’appartenir à l’opposition ou à la majorité parlementaire même s’il exerce au gouvernement.
 
Depuis 4 ans donc, l’UFC officie au sein du gouvernement de Faure Gnassingbé. Les deux fils d’anciens Présidents au Togo ont formé une couple de profiteurs et s’entendent parfaitement pour museler la dynamique unitaire de l’opposition ceci en vue de pérenniser autant que possible l’accaparement des richesses du pays.
 
Depuis 2010 donc Fo Gil s’est fait proclamer « the second person of the power » et s’enorgueillit à mort partout où il passe. C’est ainsi qu’il est souvent utilisé comme un véritable objet d’ornement lors des manifestations publiques où le protocole lui dresse volontiers une bonne place aux côtés du jeune Prince.
 
Mais oui, ayant été complètement et totalement déchargé de toute la sève de son parti UFC et ne traînant finalement qu’une coquille vide, Fo Gil a bien compris qu’il n’a plus aucune chance de survie politique ou même physique en militant dans l’opposition.
 
Il a alors usé de ses vieilles relations à savoir Obassanjo, Ouattara et autres pour se faire continuellement accepter aux côtés du fils monarque en vue de bénéficier des juteux dividendes du pouvoir. Il y est de pleins pieds avec quelques strapontins de ministres mais surtout avec des avantages sérieux qui lui permettent de subvenir à ses multiples besoins.
 
L’on s’attendait alors que le vieux sénile soit au moins honnête pour assumer pleinement son mariage avec le Prince-héritier. Mais non, selon les circonstances et les intérêts en jeu, il se proclame du pouvoir où de l’opposition. Un vrai paradoxe qui illustre parfaitement le caractère vacillant et même léger du personnage.
 
Profitant justement de cette loi inique portant statut de l’opposition, le pernicieux terroriste des années 86 affirme curieusement qu’il appartient à l’opposition, occasion pour lui de revendiquer des parts dans le quota qui est réservé à l’opposition dans le partage des places à la CENI.
 
Voilà qui blesse sérieusement la raison et le bon sens. Mais que peut dire le peuple dès lors que UNIR a déjà utilisé sa majorité mécanique pour voter une telle loi ?
 
Où était Fo Gil quand il s’était agi de voter la médiocre Loi des Finances qui a été largement décriée par les partenaires et l’ensemble des partis politiques de l’opposition ? Où était-il quand le fameux programme du PM avait été présenté à l’Assemblée Nationale ? Vraiment dommage pour le Togo et son peuple.
 
C’est justement cette façon malhonnête de s’illustrer dans la gestion des affaires de l’Etat qui constitue la vraie gangrène qui compromet dangereusement la perspective d’avenir du Togo. Tout se résume au partage du « gâteau Togo ».
 
Et tel que les choses se passent, on peut bien craindre qu’en dernier ressort, Faure et son Fo Gil s’entendent enfin pour vendre définitivement le Togo à qui veut bien l’acheter.
 
Comment des gens qui se disent leaders peuvent-ils se réduire à une telle gloutonnerie au point de vouloir s’accaparer de tout à la fois ?
 
Ils sont prêts à avaler tous les repas y compris les fonds de plats !!!! C’est tout simplement triste.
 
Finalement, l’on s’aperçoit bien que l’objectif de Faure Gnassingbé et de Fo Gil est bien de s’accaparer du pouvoir de bloquer le fonctionnement normal de la CENI au cas où ils venaient à se voir complètement et totalement vomis par le peuple lors de la présidentielle de 2015. C’est évident.
 
Ils sont dans le schéma de ce qui c’était produit en Côte d’Ivoire lorsque Gbagbo ayant observé qu’il n’avait pas remporté le scrutin a voulu museler la CENI pour ensuite décréter de faux résultats.
 
Devant une si triste manœuvre, quelle doit être l’attitude de la Communauté Internationale et du peuple souverain ? Le débat est ouvert……
 
togoinfos
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*