La représentation à la CENI, pomme de discorde entre le CST et l’Arc-en-ciel

image_pdfimage_print

cst_aec_26juin2014

La première mésentente entre la coalition Arc-en-ciel et le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) qui se concertent depuis un certain moment pour dégager un candidat unique de l’opposition à la présidentielle de 2015 a porté sur la répartition des cinq (5) membres de l’opposition devant faire partie de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). 

Selon les informations recueillies ce mardi sur la radio Victoire FM, sur les 5 représentants, « l’une des parties veut ravir quatre (4) et laisser la seule place à l’autre partie ». 

Sur la radio RFI mardi, Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance nationale pour le Changement (ANC), parti membre du CST a annoncé qu’il est le candidat naturel de l’opposition. 

« Je suis le chef du parti qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages lors des dernières élections législatives. Je peux légitimement penser sans frustrer personne que je suis le candidat naturel de l’opposition », a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’il préfère donner une chance aux discussions en cours entre les deux blocs de l’opposition. 

Jean-Pierre Fabre continue de dénoncer « la duplicité » du pouvoir quant au vote rejet le 30 juin dernier du projet de loi portant réformes constitutionnelles. 

« C’est la duplicité habituelle du pouvoir parce qu’on n’imagine pas qu’un gouvernement introduise un projet de loi et que sa majorité rejette ce projet de loi de révision constitutionnelle. Cela veut dire que le pouvoir réchigne à appliquer un accord politique, c’est-à-dire l’APG. C’est une mise en scène, une mascarade à destination de la communauté internationale ». 

Telli K.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*