Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Résultats atypiques au Togo, 0,08% des suffrages n’ont pas de preneur

image_pdfimage_print

faure_vote_2015


Il y a déjà près d’un mois que l’épisode de l’élection présidentielle a été clos au Togo avec sa horde de résultats surréalistes d’abord proclamés par la CENI puis entérinés par la Cour Constitutionnelle du Togo.
 
A l’époque, nous n’avions pas eu le temps de faire les analyses nécessaires de ces résultats d’autant que les ennemis de la liberté de presse au Togo ont fait le choix absurde de bloquer l’accès à notre site.
 
Le travail de contournement de cette mesure moyenâgeuse fait, nous sentons l’impérative nécessité de revenir sur ce travail de fond pour montrer à la face du monde combien le Prince et ses sbires sont réellement faux.
 
Pour ce faire, revisitons simplement les pourcentages attribués par la Cour Constitutionnelle du Togo à l’ensemble des cinq candidats en lice pour ce scrutin.
 
Selon les résultats consignés dans le quotidien national du 04 mai 2015, chaque candidat aurait récolté ce qui suit :
 
Jean-Pierre Fabre : 35,19%
 
Tchassona Traoré : 00,90%
 
TAAMA Komandéga : 1,03%
 
Gogué Tchabouré : 4,03%
 
Gnassingbé Faure Essozimna : 58,77%
 
Le cumul de ces pourcentages donne exactement un total de 99,92%. Où sont alors partis les 0,08% manquant pour faire les 100% des suffrages supposés être exprimés par les électeurs togolais ?
 
L’école nous a tous montrés que la statistique est une science exacte qui ne donne aucune marge d’erreur car elle se fonde sur des chiffres vrais et réels.
 
Si tant est que les résultats proclamés par la Cour Constitutionnelle sont vrais, issus justement du vote des togolais, comment peut-on alors expliquer cette marge considérable d’erreur ?
 
Voilà une preuve flagrante de l’alchimie pratiquée par le Prince et ses affidés pour accoucher la prétendue victoire de ce dernier. En réalité, le fait n’est pas unique en son genre, il résulte plutôt d’un exercice régulier et quasi légendaire dans le système RPT/UNIR.
 
Que les togolais se souviennent des résultats proclamés en 1998, par le général Séyi Mèmène donnant Eyadema Gnassingbé vainqueur de cette élection.
 
La marge d’erreur avoisinait à l’époque les 04%.
 
Mais oui, pris sous les feux de la pression magistrale du feu général, Séyi s’était vu obligé de contraindre Awa Nana, la présidente de la CENI de l’époque à la démission, puis, en qualité de ministre de l’intérieur, de décréter des résultats qui dépassaient largement les 100% des suffrages exprimés.
 
Par la suite l’on apprendra que tout cela n’était qu’un artifice pour arracher de force la victoire du timonier national, battu dans les faits à plus de 60% par FO Gil.
 
17 ans après, le fils récidive dans le même forcing pour s’octroyer aussi lâchement un troisième mandat sur le dos des togolais. Mais il y a des choses que l’on ne peut guère cacher avec la simple et petite main.
 
Aujourd’hui, le Prince se gargarise d’une prétendue réélection avec 58,77% des suffrages exprimés. Celui qui ne connait pas bien les réalités togolaises, prendrait ce fils-héritier pour un homme aimé de la majorité des togolais. Ce qui en réalité est plus que faux.
 
Il suffit pour ce faire de voir ce que représentent les 58,77% en terme de nombre des togolais. 1.221.282 togolais l’auraient donc élu. Or il est établi que le Togo compte aujourd’hui plus de 6 millions d’habitants.
 
Que représentent alors 1,221.282 par rapport à 6 millions de togolais que nous sommes ?
 
Bien pire encore, l’exercice pernicieux qui a consisté à bourrer le plus systématiquement possible les urnes dans plus de 16 CELI du nord montre à suffisance que le Prince est plus que jamais minoritaire au Togo.
 
En réalité, Faure Gnassingbé ne peut guère récolter légalement er réglementairement plus de 500.000 voix de togolais qui l’aiment et le désirent comme Président. Cela relève simplement de la raison et du bon sens.
 
Quel togolais si idiot soit-il comblerait le Prince d’amour et d’attachement après plus de 50 ans de règne sur un petit pays comme le Togo avec un tel niveau effarant de misère et de souffrances que l’on observe dans le pays ?
 
Le complot qui est ourdi à coûts de milliards dans les réseaux diplomatiques mafieux pour faire croire que Faure Gnassingbé serait la seule hirondelle qui ferait le printemps au Togo devra être défait un jour ou l’autre.
 
Mais le plus intéressant reste que malgré les gesticulations et les dithyrambes fantaisistes dont ces réseaux sont en train de combler le Prince, ce dernier sait, en âme et conscience que sa prétendue réélection a largement laissé un goût d’inachevé et quelque chose d’opaque et d’abscons.
 
Il sait que les togolais et beaucoup d’hommes lucides au sein de cette communauté internationale savent qu’il y a eu un forcing au bout du processus.
 
L’essentiel n’est guère d’avoir une élection paisible, démocratique et transparente à la base. L’essentiel reste dans la compilation et la consolidation de la volonté exprimée par les citoyens. Et c’est malheureusement là où le bat blesse au Togo. Au bout du processus, l’on traficote tout, tripatouille tout et change systématiquement les données.
 
Les résultats proclamés d’abord par Taffa Tabiou, puis par Aboudou Assouma n’ont été ni compilés, ni consolidés. Ils ont été décrétés avec toute la marge d’erreur que l’on ne peut plus cacher aujourd’hui.
 
S’il reste encore au Prince, un brin d’honneur, une bribe de dignité et de raison, il lui appartiendra alors d’en tirer les conséquences, dès lors qu’il sait que beaucoup de togolais et de la communauté internationale savent la manœuvre qui lui a permis de tricher, encore une fois, l’ensemble de ce peuple.
 
source : togoinfos
 

Commentaires

comments

4 Responses pour “Résultats atypiques au Togo, 0,08% des suffrages n’ont pas de preneur”

  1. pépé dit :

    Vous avez raison car aucun total ne fait les 100% :

    – Le 28 Avril 2015, le total des résultats qu’a donné la CENI s’élève à 98,83% (donc 1,17% non attribués);
    – Le 29 Avril 2015, le total des résultats corrigés qu’a donné la CENI s’élève à 99,95% (donc 0,05% non attribués);
    – Le 3 Mai 2015, le total des résultats qu’a publié le site republicoftogo.com s’élève à 99,92% (donc 0,08% non attribués);
    – Le 3 Mai 2015, le total des résultats qu’a publié la Cour Constitutionnelle s’élève à 99,99% (donc 0,01% non attribués);

    Donc, aucun des totaux ne fait 100% ! C’est dommage qu’il n’y ait pas de matheux dans ces institutions de la République !
    Je pense qu’ils étaient pressés d’en finir !

  2. Ibrahim Sherif dit :

    avant de publier n’importe quoi, il faut prendre au moins la peine de vérifier vos chiffres : 100% – 99.92% = 0.08% et non 0.88%. comment avez-vous passé votre cursus primaire? par correspondance?

  3. pépé dit :

    Vous qui avez passé votre cursus primaire avec brio, en français on écrit :

    100% – 99,92% = 0,08% et non 0,88%

    Ce sont les Anglais écrivent votre charabia :
    100% – 99.92% = 0.08% et non 0.88%

    Ne vous moquez pas des autres alors vous êtes vous-mêmes nuls !

  4. pépé dit :

    Vous allez sur leur site http://www.togoinfos.com, le journaliste s’en est aperçu, a corrigé l’article et l’a re-publié aussitôt (et ça depuis hier).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 22 mai 2015


Catégorie(s) : Politique
Tags : , , , , , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer