Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Retour au bercail des jeunes filles togolaises opprimées au Liban : Une vingtaine face à la presse ce jeudi pour des témoignages poignants

image_pdfimage_print

Pasteur-Komi-Edoh

Une vingtaine de jeunes filles revenues au bercail, après des années de calvaire au Liban étaient face ce jeudi aux professionnels des médias, rencontre au cours de laquelle, elles ont fait des témoignages très poignants.

 

La rencontre a été rendue possible, grâce au Pasteur Komi Edoh président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), la voix des sans voix. La conférence s’est d’ailleurs déroulée dans son Eglise à Lomé.

 

Les journalistes ont écouté plusieurs témoignages de ces filles, psychologiquement abattues. Résumé, des filles ont été victimes de traitements dégradants et inhumains : bastonnades, injures, privation de liberté, sous-alimentation, torture morale etc…

 

Certaines filles n’ont pas su retenir leurs larmes durant les témoignages, les traces du calvaire vécu étant toujours visibles. D’autres sont revenues au bercail les mains vides – après plusieurs mois de travail – alors qu’elles devraient toucher au moins 85.500 F.CFA/mois.

 

« J’exhorte mes sœurs à ne pas s’aventurer sur ce terrain, car j’ai vécu un véritable calvaire. J’invite les autorités à venir en aide à nos sœurs qui sont encore au Liban », a lancé Akossiwa, à la fin de son témoignage.

 

Cette dernière avait quitté Lomé pour le Liban le 13 juillet 2013. Elle est rentrée au bercail le 1er juin dernier.

 

« Nous avons voulu vous présenter ces jeunes filles, afin que l’opinion nationale et internationale soient véritablement informées sur leurs conditions de vie et de travail au Liban », a souligné Komi Edoh (Photo).

 

« Nous avons l’intention de porter plainte contre ces réseaux qui sont à la base du trafic de nos sœurs », a-t-il précisé.

 

Selon certaines sources, plus de 1.500 togolaises travaillent dans des familles au Liban comme aide-ménagères et domestiques. Âgées entre 16 et 30 ans, elles sont pour la plupart de jeunes diplômées, tentées par l’aventure dans l’espoir de gagner leur vie. FIN

 

Abbée DJAGLO (Stagiaire) / Rédaction.

 

Savoir News

 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 6 juin 2014


Catégorie(s) : Non classé
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer