Il est
Flash info :: | Présence d’hommes cagoulés à un point de départ de la marche de l’opposition de ce jour, le ministre Damehame confirme ces témoignages. | | Circulation fluide au centre-ville de Lomé ce matin, contrairement à l’atmosphère normale. Important déploiement de gendarmes autour du Parlement et de la représentation de la CEDEAO au Togo. | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.


8111

Le retrait des fréquences de deux médias est une attaque contre la liberté d’expression, selon Amnesty International

image_pdfimage_print

lcf_bodjona


© togoactualite – En réaction au retrait des fréquences radioélectriques de deux médias, ordonné cet après-midi par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) du Togo, François Patuel, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest francophone a déclaré :
« Ce retrait unilatéral des fréquences radioélectriques constitue une sanction disproportionnellement lourde au vu des faits reprochés et marque une nouvelle attaque contre la liberté d’expression au Togo».
« Le retrait des fréquences est une mesure exceptionnelle qui ne devrait être prise qu’en cas de manquement grave à la loi.»
« Les autorités doivent veiller à ce que les médias puissent faire leur travail sans crainte et sans subir de manœuvres d’intimidation ni de harcèlement. »
Complément d’information
Lundi 6 février, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a ordonné le retrait des fréquences radioélectriques de La Chaine du Futur (LCF) une station de télévision privée et celles de la radio City FM appartenant au Groupe Sud Média.
Selon la HAAC, ces deux médias n’auraient pas accompli les formalités préalables d’autorisation et d’installation. Pourtant, le directeur général du Groupe Sud Média a déclaré à Amnesty International que le dossier d’autorisation a déjà été soumis à plusieurs reprises.
Le 16 décembre dernier, la HAAC a publié un communiqué invitant neuf stations de radios à renouveler leurs dossiers sous peine de retrait de leurs fréquences.
Lors du dernier Examen périodique universel (EPU) en octobre 2016, le Togo a rejeté la plupart des recommandations visant à protéger et à promouvoir la liberté d’expression, en particulier celles demandant la dépénalisation de la diffamation et de l’outrage au chef de l’Etat et aux personnalités publiques.
En 2013, la HAAC a fermé plusieurs médias, dont la radio Légende FM, au motif qu’elle diffusait de fausses informations dans le contexte des élections législatives.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 7 février 2017 dans Envoyez cet article à un ami




:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer