Social/ Grève : La STT à nouveau invitée à reprendre le chemin du dialogue, « que d’organiser des actions de violences sur le terrain » (M.Broohm)

image_pdfimage_print

niicoue_octave

M.Octave Nicoué Broomh, ministre de l’enseignement supérieur a invité une fois encore ce jeudi, les responsables de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) à reprendre le chemin des discussions, « que d’organiser des actions de violences sur le terrain ».

 

« Nous réitérons encore une fois, la demande à la Synergie des Travailleurs du Togo, de reprendre sa place à la table de discussions, plutôt que d’organiser des actions de violences sur le terrain », a déclaré M.Broohm à la fin d’une cérémonie de remise du « rapport d’étape » au gouvernement.

 

Ce document a été élaboré par le comité inter-ministériel de suivi des accords issus des négociations entre le gouvernement et les centrales syndicales, après un mois de travail.

 

Selon le ministre de l’enseignement supérieur, le document sera examiné par le gouvernement qui transmettra ses observations au comité de suivi, le début de la semaine prochaine.

 

« En tout état de cause, le gouvernement continuera de respecter rigoureusement tous ses engagements », a promis M.Broohm.

 

La STT a claqué la porte des discussions depuis quelques jours, exigeant des négociations directes avec le gouvernement. Les responsables de la Synergie n’entendent plus s’asseoir autour de la même table avec leurs collègues des autres centrales syndicales.

 

En gros, la STT exige une hausse des salaires des 52.000 agents de l’Etat. Une nouvelle grève d’une semaine déclenchée par la Synergie, paralyse depuis lundi, les établissements scolaires et les centres de santé (public).

 

La paralysie des activités pédagogiques provoquent la colère de certains élèves qui descendent dans les rues pour réclamer leurs enseignants.

 

Le gouvernement a toujours accusé les responsables de la STT de « manipuler » les élèves.

 

Parfois, ces manifestations de rues sont violentes. Situation connue mercredi à Gléi, localité située à environ 108 km au nord de Lomé où 43 blessés ont été enregistrés dans des heurts entre élèves et forces de l’ordre. Parmi ces blessés, 20 forces de l’ordre dont un officier de gendarmerie.

 

Au total 19 personnes ont été interpellées dont 4 élèves et un étudiant. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*