Togo : Aboudou Assouma et son tas d’ ordures. Pas civique du tout…

image_pdfimage_print

ordures_aboudou


Au lieu de se mêler de ce qui ne le regarde pas, le président de la Cour Constitutionnelle Aboudou Assouma ferait mieux de rendre propre la devanture de sa maison. Les images qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux ne sont pas très bonnes à voir. Peut-être le président de la Cour Constitutionnelle ne sait-il pas qu’on est dans le mois du civisme ? À la devanture de sa maison, a élu domicile un tas d’ ordures et des déchets de toutes sortes, ce qui n’est pas digne de ce grand commis de la République.
 
Depuis le début de la semaine, Aboudou Assouma cristallise l’actualité et fait l’unanimité contre sa personne pour avoir commis une bourde monumentale. On ne sait quelle mouche tsé-tsé l’a piqué, le président de la Cour Constitutionnelle, outrepassant les compétences et attributions de l’institution qu’il préside, a cru répondre à l’Eglise qui demandait de la part des acteurs politiques un sursaut national pour faire aboutir les réformes politiques, en affirmant que la page des réformes est tournée. Il n’en fallait pas plus pour déclencher un concert de réprobations. L’indignation et la consternation suscitées par cette sortie gauche du président de la Cour Constitutionnelle ne se sont pas estompées que certains ont commencé à fouiner autour de l’homme par qui le scandale est arrivé. Et ce qu’ils découvrent les rend hébétés. La devanture du domicile d’Aboudou Assouma est érigée en dépotoir alors que le gouvernement vient de lancer « le mois du civisme et de la citoyenneté ». Justement à propos, le Premier ministre Arthème Ahoomey Zunu dénonçait le fait de jeter des ordures et des déchets de toutes sortes dans la rue comme de l’incivisme. Sauf qu’ici, ce n’est pas dans la rue que sont entassées les ordures, mais devant la maison du président de la Cour Constitutionnelle qui n’éprouve aucune gêne à enjamber chaque jour les immondices pour rentrer et sortir de sa cossue maison.
 
Ce qui est encore grave, c’est que la femme d’Aboudou Assouma, Mme « la moustiquaire imprégnée », Suzanne Assouma Aho est l’adjoint au maire de Lomé dont le rôle justement est d’assurer la salubrité publique, l’assainissement des quartiers, le service d’hygiène etc. Apparemment, Madame et Monsieur prennent un grand plaisir à vivre dans cet environnement malsain et nauséabond. A quoi sert alors Madame Suzanne Aho à la Mairie de Lomé ? A distribuer seulement à grands renforts médiatiques les moustiquaires imprégnées ? « Un tour dans les quartiers de Lomé et à travers ses bas-fonds nous a permis de constater douloureusement que notre capitale en désordre déborde affreusement de lieux de la déchéance humaine », constatait amèrement un acteur politique. La preuve est là, patente sous nos yeux.
 
Le mois du civisme vient à point nommé pour rappeler à nos gouvernants leurs devoirs. Ils veulent du civisme, n’est-ce pas ? Ils en auront à gogo.
 
Source : [09/10/2014] Liberte via PO2014
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*