Togo : Un bon emploi pour Faure Gnassingbé, après la présidence.

image_pdfimage_print

faure_burkina


Coup d’essai, coup de maître ! Faure Gnassingbé emboîte fort bien le pas à son parrain dictateur déchu Blaise Compaoré, et même à son géniteur dictateur Gnassingbé Eyadema. En matière de médiation bien sûr ! Les deux anciens chefs d’Etat étaient connus comme des pyromanes-pompiers, pardon, des médiateurs hors-pairs dans la sous-région et même sur le continent.
 
Comme le dirait l’autre, ils étaient comme des cubes Maggi et étaient dans toutes les sauces en Afrique. Ceux-ci ont certainement inspiré leur fiston Faure Gnassingbé qui se révèle comme un brillant « médiateur en devenir ».
 
Faure Gnassingbé vient de faire ses premiers pas en médiation dans la crise ou la révolution qui a emporté Blaise Compaoré. Il a été désigné concomitamment avec le président sénégalais Macky Sall par la CEDEAO pour faciliter la transition au Burkina Faso. Le résultat serait effarant. En tout cas, à en croire le site de propagande du régime, republicoftogo.com, sous la houlette de Faure Gnassingbé « le dialogue progresse au Burkina Faso ».
 
Sauf que sur Rfi hier, c’est seulement Macky Sall qui a été interviewé. Mais Faure Gnassingbé serait donc en train de réussir là où d’autres ont échoué. Peut-il en être autrement ? N’est-il pas le fils du père ? Depuis qu’il a capté le pouvoir il y a 9 ans, tous ses faits et gestes quotidiens ressemblent « faure » étrangement à celui de son géniteur. Il n’a de cesse de jouer à l’apprenti dictateur et maintenant il se lance dans la médiation. A père médiateur, fils « médiatin » !
 
Le reproche régulièrement fait aux satrapes africains qui s’accrochent au pouvoir comme des chauves-souris est qu’ils ne savent pas où aller ou quoi faire après avoir quitté le pouvoir. La seule solution qui s’offre à eux est de s’y incruster. On sait que Faure Gnassingbé, lui, ne chômera pas quand il viendra à raccrocher. Le métier de « médiateur » s’ouvre grandement à lui. Tout laisse à penser qu’il a un avenir très prometteur dans son nouveau job. Alors, on a une proposition lumineuse à lui faire. Pourquoi ne quitterait-il pas démocratiquement le pouvoir au terme de ses deux mandats pour se consacrer à la résolution des crises sur le continent ? Il aura la reconnaissance de la communauté internationale au lieu de vouloir jouer au dictateur impénitent pour finalement finir à la Gbagbo. Il a le choix.
 
Source : [15/11/2014] Liberte Togo
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*