Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Togo : Comment l’opposition compte « chasser » Faure Gnassingbé

image_pdfimage_print

capture_ecran_manif_cap2015
Manifestation de l’opposition contre Faure Gnassingbé, à Lomé, le 21 novembre 2014. © Emile Kouton / AFP


L’opposition veut des réformes pour réduire le nombre de mandats présidentiels au Togo. Elle a choisi la rue pour se faire entendre.
 
L’exemple burkinabé fait des émules au Togo. À l’approche de la présidentielle de 2015, l’opposition veut empêcher le président togolais Faure Gnassingbé de briguer un troisième quinquennat. Vendredi dernier, des milliers d’opposants ont tenté de marcher vers l’Assemblée nationale. Ils ont été repoussés par des gendarmes à environ 400 mètres de l’Assemblée, qui ont utilisé du gaz lacrymogène. Sur des pancartes brandies par certains manifestants, on pouvait lire : « Cinquante ans pour le père et fils, ça suffit ! » ou « Deux mandats, ça suffit ! » ou encore « Exigeons les réformes constitutionnelles et institutionnelles ». Ils comptent rééditer leur action ce vendredi.
 
« La Constitution sera rigoureusement respectée »
 
En visite au Ghana, Faure Gnassingbé a exclu mardi de réformer la Constitution pour limiter le nombre de mandats présidentiels, comme le réclame l’opposition, et a laissé entendre qu’il pourrait être candidat à sa succession en 2015. Sur sa possible candidature en 2015, qui suscite de vives tensions au Togo, il a déclaré vouloir « réserver la primeur » de la nouvelle à ses compatriotes à Lomé, « si [son] parti [lui] fait confiance ». « Tout ce que je peux vous dire, c’est que la Constitution en vigueur sera rigoureusement respectée », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Accra, après une rencontre avec son homologue ghanéen John Mahama. L’opposition togolaise réclame depuis plusieurs mois que des réformes politiques soient menées, notamment sur la limitation du nombre de mandats présidentiels et le mode de scrutin, avant la présidentielle de 2015. Selon la Constitution togolaise, le nombre de mandats n’est pas limité. Rien n’empêche donc M. Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, de briguer un troisième quinquennat en 2015.
Il veut s’éterniser au pouvoir comme son père
 
« La déclaration de Faure Gnassingbé ne nous surprend pas », a déclaré Éric Dupuy, porte-parole de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), principal parti d’opposition togolais. « Il est dans sa logique de s’éterniser au pouvoir comme son père, mais nous ne sommes pas dans une monarchie. C’est le bras de fer engagé […], nous n’allons pas baisser les bras », a-t-il poursuivi. « Nous allons maintenir la pression sur le régime à travers les manifestations de rues. Nous appellerons toute la population togolaise à se mobiliser, afin d’obtenir ces réformes avant les élections », a ajouté M. Dupuy. Les réformes voulues par l’opposition ont déjà été rejetées une fois par le Parlement, où le parti au pouvoir détient la majorité.
 
Ils maintiennent leur nouvelle marche
 
Mais le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, qui a rencontré samedi le président Gnassingbé à Lomé, a répété à l’issue de cet entretien que la présidentielle de 2015 n’aurait « aucun sens sans ces réformes ». Malgré la répression d’une manifestation de plusieurs milliers d’opposants par les forces de l’ordre, vendredi, à coup de gaz lacrymogène, seize organisations de défense des droits de l’homme maintiennent leur marche, vendredi prochain, pour réclamer des réformes politiques avant la présidentielle. Porté au pouvoir par l’armée à la mort de son père, le général Gnassingbé Eyadéma qui a gouverné le pays d’une main de fer pendant trente-huit ans, Faure Gnassingbé a remporté en 2005 et 2010 des scrutins présidentiels dont les résultats ont été contestés par l’opposition. Au Burkina Faso, pays voisin du Togo, une tentative du président Blaise Compaoré de modifier la Constitution pour pouvoir se représenter à la présidentielle de l’an prochain a entraîné son renversement en octobre après vingt-sept ans de pouvoir.
 
source Le point Afrique
 
Par Christian Binaté
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 26 novembre 2014


Catégorie(s) : Politique
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer