Togo: la date de l’élection présidentielle contestée

image_pdfimage_print

manif_cap2015_partisants


Au Togo, le processus électoral est en marche. La révision des listes d’électeurs devra s’achever le 23 février et la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a proposé au gouvernement, à l’issue d’une réunion mercredi 11 février, la date du 21 avril pour la tenue du scrutin présidentiel. Seulement, des représentants de l’opposition contestent cette date, estimant que la Céni est hors des délais fixés par la Constitution et ne peut plus proposer de date. Ils l’ont signifié au président de la Céni par courrier.
 
Dans ce courrier adressé au président de la Céni et dont RFI s’est procuré la copie, les cinq membres signataires de la lettre déclarent se désolidariser de la suite du calendrier fixant la date du scrutin présidentiel au 21 avril 2015.
 
« Il faut une date pour aller aux élections, il faut s’en remettre à la classe politique. Nous, au niveau des partis politiques représentés au CAP 2015, nous constatons que nous n’avons plus les moyens juridiques pour proposer au gouvernement une date. Une voie qui permettra de faire cela n’est que la violation de la Constitution togolaise », juge Edem Atantsi, de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), un des signataires.
 
Logiciel défaillant
 
Selon le chronogramme établi, les candidatures doivent s’ouvrir le 24 février, soit 24 heures après la fin de la révision des listes électorales. Pour les signataires, le délai constitutionnel ne peut être tenu pour l’organisation d’une telle élection.
 
Par ailleurs, depuis plusieurs semaines, le Parti des Togolais met en cause la fiabilité du logiciel qui sert à réaliser la révision de ces listes électorales. Cette élection est capitale, juge Nathaniel Olympio du Parti des Congolais, qui demande à avoir accès au fichier. « Je peux vous affirmer, après avoir vu comment les choses se déroulent sur le terrain, que ce logiciel présente des failles qui permettent à un individu de pouvoir s’inscrire plusieurs fois », alerte-t-il.
 
La Commission électorale nationale indépendante, pour sa part, continue son travail et devra soumettre cette date au gouvernement dans les prochains jours.
 
source : RFI
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*