Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Togo/ L’Oif ne peut pas se substituer aux institutions nationales, estime Georges Aïdam

image_pdfimage_print

georges-aidam


Au lendemain du scrutin présidentiel du 25 avril dernier, Jean Pierre Fabre, le leader du Combat pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015) qui estime être le vainqueur de cette élection a écrit à l’Oif pour qu’elle réhabilite le comité d’accompagnement de l’élection qui doit résoudre le problème des Commissions électorales locales indépendante (Celi) litigieuses afin de proclamer les « vrais » résultats.
 
Abordant la question sur une chaine de télévision béninoise, le Premier vice-président de l’Union pour la république (Unir), Georges Aïdam affirme que l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) ne peut pas se substituer aux institutions nationales et qu’il ne comprend exactement pas les réelles intentions de Jean Pierre Fabre et les siens.
 
« Le cadre électoral togolais prévoit des dispositions pour régler le problème du contentieux électoral et M. Jean Pierre Fabre et les siens connaissent ces dispositions mais ils refusent de les utiliser. Et ils s’en prennent à l’Oif comme si elle devrait remplacer toutes les institutions nationales togolaises. Ce qui sort un peu de la logique que nous connaissons », a déclaré Georges Aïdam, avant de poursuivre que : « Nous ne comprenons pas quels sont exactement les intentions de ces acteurs politiques, si c’est seulement pour créer les conditions de soulèvement populaires, l’opinion nationale et internationale sont là pour constater ».
 
Pour le Vice président de l’Unir, une chose est « sûr », c’est que « les résultats qui sont proclamés sont reconnus par tout le monde ».
 
Au terme du scrutin présidentiel du 25 avril dernier, le président Faure Gnassingbé est proclamé gagnant avec 58,77% de voix. Jean-Pierre Fabre, le candidat du Cap 2015 est en deuxième position avec 35 ,19 %.
 
Hélène Doubidji
 
togotopnews
 

Commentaires

comments

Publié le 17 mai 2015 dans Envoyez cet article à un ami

2 Responses pour “Togo/ L’Oif ne peut pas se substituer aux institutions nationales, estime Georges Aïdam”

  1. Barkissa dit :

    Regardez moi ce chimpanzee du 21ème siècle là. Vous Les pions de Edem Kodjo qui jurez par lea gnassingbe ou rien, votre temps s’approche a grand vitesse… Continuez seulement à Vous moquer des togolais parceque Vous Vous avez vendu vos âme contre les miettes, Vous avez acquis des moyens pour envoyer vos enfants etudier à l’etranger, Vous mêmes Vous allez à l’etranger pour Vous soigner de simples maux de tête et Vous pensez que c’est cela la fin du monde.
    Dans notre rpt-unir Vous Vous n’etes que des anes à transporter du foin????? Vous Vous ne savez pas gouverner????????

  2. EGNONAM AMOU dit :

    ce me monsieur à la main et la langue lièes ,il ne peut pas dire la verité de peur de subir le meme sort que Bodjona ou d etre tuer .a moins que vous les journalistes beninois etes dupes ,ce qui n est pas le cas.a cet effet votre interview est nul.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer