Togo : ODDH et partis politiques exigent un régime de transition

image_pdfimage_print

oddh_regime_transitoire


Des Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) et des partis politiques au Togo disent s’inquiéter de l’avenir du pays et exigent par conséquent l’arrêt du processus électoral en cours et la mise sur pied d’un régime de transition.
 
Les ODDH et les partis politiques ont dévoilé leurs inquiétudes et formulé leurs demandes le lundi 02 mars à Lomé au cours d’une conférence de presse.
 
En décidant de tirer une nouvelle fois la sonnette d’alarme, les 19 Organisations de Défense des Droits de l’Homme et de la Société civile CTSD, la LTDH plus quatre partis politiques à savoir le MRC, le Parti des Travailleurs, le Parti des Togolais et le PNP ont fait deux principales propositions.
 
En premier lieu, les ODDH et les partis « exigent le retour à la Constitution de 1992 avec l’application immédiate » de l’article 59 qui stipule que « Le Président de la république est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats ».
 
En deuxième position, les signataires de la déclaration « exigent l’arrêt du processus électoral en cours et la mise sur pied d’un régime de transition pour prendre en charge la gestion du pays afin de mettre en œuvre les réformes ».
 
En vue de faire barrage à la situation actuelle au Togo laquelle ils décrivent comme « un coup de force », les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) et des partis politiques signataires de la déclaration demandent à la population de se sentir concernée et à prendre part aux manifestations nationales qu’ils prévoient d’organiser dans le pays
 
 
Mensah, Lomé
 
source : koaci
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*