Il est
Flash info :: | J-P Fabre a appelé ce mercredi à de nouvelles mobilisations populaires les 26, 27 et 28 septembre 2017 au Togo, et confirme la mort d’un manifestant à Mango en ce jour. | | La rentrée scolaire 2017-2018, initialement prévue le 25 septembre, a été repoussée au 02 octobre (Gouvernement). | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Togo/Justice : Vers une condamnation de l’opposant Alberto Olympio, ce mercredi ?

image_pdfimage_print

alberto_olympio_550


L’opposant Alberto Olympio, récemment inculpé de plusieurs chefs d’accusation dont celui de faux en écritures bancaires, sera très probablement condamné ce mercredi 18 mars 2015 par la justice togolaise, a appris Afrikaexpress de source proche du dossier à Lomé.
 
« Tout est mis en place pour que M. Olympio soit condamné demain [mercredi 18 mars, NDLR] par le juge, malgré tous les aspects obscurs de ce dossier », affirme la source sous couvert de l’anonymat.
 
« Il [le juge] exigera le versement d’une caution de 2 millions d’euros [plus d’un milliard de FCFA]. En fait, nous sommes dans le schéma classique auquel la justice togolaise nous a habitués depuis plusieurs années : inculpation, condamnation, très forte caution », poursuit-elle, amère.
 
En 2013, l’ancien patron d’Elf, Loïk Le Floch-Prigent, a dû verser 50 000 euros aux autorités togolaises avant sa remise en liberté provisoire après plus de cinq mois d’emprisonnement pour « complicité d’escroquerie ».
 
Dernier arrivé dans le ‘’marigot politique’’ de ce petit pays de l’Afrique de l’ouest, Alberto Olympio (48 ans) est embourbé depuis le 26 février 2015 dans des ennuis judiciaires. L’informaticien et fondateur de la société Axxend, spécialisée dans les systèmes d’information est accusé par ses partenaires du Fonds Cauris Croissance II, géré par Cauris Management de « faux en écriture bancaire, de détournement de crédits et d’abus de biens sociaux ».
 
En effet, dans le cadre de son expansion, Axxend a fait appel en 2013 à des investisseurs. Cauris Management contribue alors à hauteur de 5 millions d’euros au capital, devenant de facto, l’un des principaux actionnaires de l’entreprise. Une fois son engagement politique confirmé, M. Olympio se met en indisponibilité et promet rembourser 2 millions d’euros à Cauris. Mais, en novembre 2014, il est démis de ses fonctions de PDG et l’affaire portée devant la justice.
 
« Normalement, Cauris doit ester en justice Axxend pour non-respect d’obligations contractuels. A Axxend alors de poursuivre M. Olympio pour détournements de fonds et abus de biens sociaux », argumente la source.
 
Impossibilité d’avoir accès à ses comptes bancaires au Togo, blocage d’un véhicule blindé et de plusieurs 4X4 au port autonome de Lomé, ennuis judiciaires… Alberto Olympio vit des heures sombres depuis sa détermination à empêcher la tenue de la présidentielle du 15 avril prochain au Togo. De là voir un complot politique déguisé, il n’y a qu’un pas à faire.
 
source : afrika express
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 22 mars 2015


Catégorie(s) : Justice
Tags : , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer