Tournée du parti OBUTS : Des membres du bureau politique à la rencontre des fédérations, 19 préfectures déjà parcourues

image_pdfimage_print

agbeyome_072013

Des membres du bureau politique de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) de l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo ont entamé depuis juin dernier, une tournée à l’intérieur du pays, afin de rencontrer toutes les fédérations et de « conforter » les militants de ladite formation politique, a appris ce mercredi l’Agence Savoir News auprès de ce parti.

 

Démarré le 21 juin dernier dans la préfecture de l’Avé, ce périple a déjà conduit les responsables du parti OBUTS dans 19 préfectures dont Agou, Kloto, Vo, Bas-Mono, Ogou, Haho, Lacs, Tône, Oti, Assoli, Kozah, Binah, Tchaoudjo.

 

Danyi, Kpélé, Zio et Yoto sont les dernières préfectures sillonnées par les membres du bureau politique de l’OBUTS les 23 et 24 août.

 

« Sont prévues très prochainement, sept autres préfectures : Wawa, Akébou, Anié, Est-Mono, Moyen-Mono, Blitta et Sotouboua », a indiqué à l’Agence Savoir News, un responsable du parti OBUTS.

 

« Ces tournées ont pour objectif d’apporter des nouvelles du parti aux fédérations et de conforter les militants, de la détermination de OBUTS à apporter sa contribution à la résolution des problèmes politiques économiques et sociales du Togo », a-t-il souligné.

 

Une convention nationale de cette formation politique est prévue pour la première décade du mois de décembre.

 

Rappelons qu’OBUTS est l’une des grandes formations politiques de l’opposition togolaise. Son président se fait discret ces dernières semaines, malgré la très grande activité au sein de l’opposition notamment le conclave entre le Collectif Sauvons le Togo (CST) et la Coalition Arc-en-ciel et les sorties fracassantes de certains responsables politiques.

 

Membre fondateur du CST, Kodjo Agbéyomé a pris sa distance vis-à-vis de ce regroupement au lendemain des élections législatives de juillet 2013, « frustré par le comportement » de certains responsables.

 

« Le CST est un appareil politique de combat commun et collectif, construit dans la douleur autour d’un pacte fondateur porteur d’une quintessence politique. Il ne peut être détourné au profit d’une ambition hégémonique dans le mépris des autres composantes en son sein et sans leur consentement », avait-il déclaré en septembre 2013, dans une interview exclusive à l’Agence Savoir News. FIN

 

En Photo : Kodjo Agbéyomé

 

Edem Etonam EKUE

 

Savoir News

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*