Il est
Flash info :: | La France suit avec préoccupation la situation au Togo. Nous condamnons fermement les violences récentes qui ont fait plusieurs victimes et appelons les parties à l’apaisement et à entamer un dialogue (ministère français des Affaires étrangères). | | Togo : Messenth Kokodoko, un des responsables du Mouvement NUBUEKE enlevé | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Trafic de jeunes filles/Filière libanaise : Véritable « enfer » pour des jeunes filles togolaises au Liban

image_pdfimage_print

manif_tgolaises_liban

Le sujet fait couler beaucoup d’encre et de salive, au lendemain d’un communiqué rendu public par les responsables du Mouvement Martin Luther King, « la Voix des Sans Voix » (MMLK) : la situation des jeunes togolaises au Liban.

Dans une enquête publiée ce mercredi, le bimensuel Focus Infos est largement revenu sur ce sujet, avec des témoignages poignants de certaines filles qui ont « fui l’enfer » et celles qui sont toujours « coincées » au Liban, appelant les autorités togolaises et les organisations de défense des droits de l’homme au secours.

Selon le journal, plus de 1.500 togolaises travaillent dans des familles au Liban comme aide-ménagères et domestiques.

« Souvent âgées entre 16 et 30 ans, elles sont pour la plupart de jeunes diplômées, maîtrisant bien le français, à tenter l’aventure au pays des cèdres, attirées par la +disponibilité+ d’emplois prétendument bien payés. Ce sont des +agences+ dites de placement, dirigées par des Libanais, associés à des Togolais qui sont au début de la chaîne », écrit le journal.

Il s’agit d’une filière bien organisée, le réseau étant constitué de « recruteurs » exerçant pour le compte de ces agences, moyennant rémunération.

« Ces +recruteurs+ sont pour la plupart des pasteurs ou hommes d’églises, qui arrivent à convaincre des fidèles en grandes difficultés sociales ou au chômage, de tenter l’aventure libanaise, avec au bout des conditions dignes d’un cadre togolais. Parfois, des annonces d’emplois sont diffusées en circuits fermés au sein de la communauté libanaise installée au Togo pour pourvoir à la demande », révèle Focus Infos dans son dossier titré : « Trafic de jeunes filles togolaises : la filière libanaise / Enquête exclusive sur un circuit criminel rôdé ».

Le journal a décrit en détails, la manière dont les choses se déroulent, en piégeant l’un des recruteurs installé dans un quartier au centre ville.
« (…) Nous faisons passer une de nos collaboratrices pour une candidate tentée par le voyage au Liban », poursuit Focus Infos.

Ce recruteur a donné toutes les informations. Les filles versent la somme de 200.000 F.CFA, une fois que tout est fin prêt pour le départ. Selon lui, au Liban, l’employée de maison peut gagner entre 200 et 400 dollars américains (net) par mois. La famille d’accueil prend en charge tous les besoins notamment le logement, la restauration, l’habillement etc…

« Mais, une fois au Liban, les belles promesses s’envolent. Dès leur descente d’avion, les jeunes filles voient leur passeport et tous leurs papiers confisqués par les agents de la police de l’aéroport de Beyrouth. Elles sont ensuite conduites dans une pièce en compagnie de plusieurs autres filles de diverses nationalités, visiblement là pour les mêmes raisons. Puis, une à une, l’on vient les chercher pour les confier à leurs employeurs. Le passeport et autres documents d’identité sont remis aux employeurs, afin d’empêcher toute tentative de fuite. Ce sera la dernière fois qu’elles verront les lumières de la ville. Car, durant tout le reste de leur séjour, elles resteront cloîtrées entre les quatre murs de l’appartement de leurs employeurs », raconte le journal.

« C’est là que les jeunes filles se rendent compte trop tard qu’elles ont été tout simplement +vendues + comme des esclaves, surtout que le visa qui leur est accordé n’a qu’une durée de 3 mois maximum », précise Focus Infos.

Au fait, le système est bien huilé. Les futurs employeurs, par le biais d’agences de placement tenues par des libanais, financent le voyage de ces jeunes filles. La famille qui souhaiterait recevoir une travailleuse domestique verse 2.500 dollars à ces agences, en plus des frais de visa et de billet d’avion . Les 2.500 dollars sont ensuite répartis entre les collaborateurs togolais basés au Liban, les recruteurs au Togo et les responsables des agences de placements, dévoile le journal. FIN

En Photo : Des jeunes filles travailleuses manifestant à Beyrouth en avril 2012

Junior AUREL

 

Savoir News

 

Commentaires

comments

Publié le 10 avril 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer