La ville d’Anié « enfin libérée » des maladies hydriques

image_pdfimage_print

anie_eau_ue_inauguration

Les maladies hydriques, liées à la consommation d’eau non potable, auxquelles étaient confrontées les populations de la ville d’Anié (200km environ au Nord de Lomé), seront désormais « quasi-inexistantes » grâce au projet d’Alimentation en Eau Potable et Assainissement de la ville d’Anié (AEPA-Anié) de l’Union Européenne (UE), inauguré officiellement ce vendredi.

 

L’inauguration et la mise en marche de ce « joyau » qui va changer « positivement » les conditions de vie de ces populations s’est faite par le chef de la délégation de l’UE au Togo, Nicolas Berlanga-Martinez, accompagné des ministres de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Djossou Sémodji, de l’Equipement Rural, Bissoune Nabagou, des Sport et des Loisirs Angèle Amouzou-Djaké.

 

Se réjouissant de « l’issue heureuse » des conditions d’accès à l’eau potable des populations d’Anié, le ministre Djossou Sémodji a rappelé qu’avant ce projet, régnait une situation « inquiétante » sur les conditions de l’eau consommée par les populations, exacerbée par la rareté d’infrastructure d’hygiène appropriée.

 

« C’est donc à juste titre que je me réjouis de la fin heureuse des travaux de mise en œuvre de ce projet d’adduction d’eau potable, né de la volonté de doter la ville d’Anié et ses environs d’une source d’eau, potable et sécurisée », a souligné le ministre.

 

Au-delà des expressions de joie de l’aboutissement de ce projet, Nicols Berlanga-Marinez a exprimé son souhait de voir pérenne la « joie » qui se lit sur les visages de toute la population sortie en masse pour assister à cet « événement historique ».

 

« Je souhaite que la joie que nous avons tous aujourd’hui ne se transforme pas en tristesse à l’avenir. Vous devez don prendre soin de ce système pour qu’il continue de vous servir davantage et à vous donner le bonheur », a-t-il indiqué en saluant la relation de fraternité entre le peuple togolais et celui des pays européen.

 

Au sein de la population, des chants et des danses ont accueilli cet événement qui selon le préfet d’Anié, Agoro Ezoula, est un « grand jour dans la vie de chaque citoyen de cette ville », et témoigne de « l’efficacité et du dynamisme » de la diplomatie togolaise, ainsi que d’une politique de paix sociale et de développement économique initiée par le gouvernement.  

 

Financé par l’UE à hauteur de 1,24 milliard de francs CFA, le projet AEPA-Anié est loin d’être la seule œuvre sociale financée par l’institution européenne, pour améliorer les conditions de vie des populations togolaises.

 

Gaël N.  

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*