Violences contre les journalistes : l’indignation de l’UJIT et du SYNJIT

image_pdfimage_print

synjit


La dernière marche des organisations de défense de droits de l’Homme (ODDH) et des partis politiques regroupés au sein du CAP 2015 a été émaillée d’acte d’intimidation à l’égard des journalistes. Ces actes à l’approche de l’élection présidentielle ne laisse pas indifférents l’union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) et le Syndicat National des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT) qui par un communiqué conjoint condamne ces « agissements contre les journalistes ».
 
Lire l’intégralité du communiqué UJIT-SYNIT
 
Communiqué Relatif aux perpétuelles agressions de journalistes
 
C’est avec tristesse et indignation que L’union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) et le Syndicat National des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT) ont appris l’agression dont ont été victimes les journalistes Hyacinthe Gbloèdzro et Artisde Kuévidjin de la rédaction de Nana FM lors de la manifestation du vendredi 12 Décembre 2014 du CAP 2015 et des ODDH.
 
En effet, le confrère Hyacinthe Gbloèdjro, rédacteur en chef de la radio Nana FM, en reportage dans le cortège des manifestations, a été pris à partie par quelques jeunes agités, le soupçonnant de détenir une arme. Malmené, il n’a dû son salut qu’à d’autres manifestants qui l’ont reconnu comme journaliste de radio Nana Fm.
 
Au terminus de la marche, le confrère Jean Aristide Kuévidjin, journaliste-reporter de la même Radio NANA FM, alors qu’il interviewait le coordonnateur des ODDH Me Ata Zeus AJAVON, a vu Me Jil Benoît Afangbédji, président de « Ensemble pour les Droits de l’Homme » élevé le ton contre lui au sujet des questions posées par le confrère. S’en est suivi la menace d’une gifle de l’avocat défenseur des droits de l’homme si le confrère s’entêtait à continuer son interview, selon les propos de Jean Aristide Kuévidjin.
 
Dans une mise au point publiée sur Facebook, Me Jil Benoit Afangbedji, a-t-on constaté, a nié ces faits qui lui sont reprochés, mais a conclu par des excuses publiques au confrère.
 
Tout en prenant acte de ses excuses, le SYNJIT et l’UJIT s’indignent et condamnent ces agissements contre les journalistes qui se répètent à l’approche des élections présidentielles dans notre pays.
L’UJIT et SYNJIT rappellent aux organisateurs des manifestations que le rôle d’un journaliste est de recueillir des informations, de les traiter et les mettre à la disposition de la population qu’il a devoir d’éclairer.
L’UJIT et le SYNJIT ne sauraient tolérer des intimidations et des violences vis-à-vis des journalistes d’où qu’elles viennent. Elles appellent les partis politiques et les organisations de défenses des droits de l’homme à recadrer leurs militants lors des manifestations à l’avenir et à réserver une sécurité digne de foi aux journalistes.
 
Enfin, le SYNJIT et l’UJIT rappellent aux confrères qu’en ces moments où s’élève la tension entre acteurs politiques à l’approche de la présidentielle de 2015, il est important de mettre des gilets et de se munir de badge de service ou de carte professionnelle sur les lieux de manifestations tout en évitant de se mélanger aux manifestants.
 
 

Fait à Lomé le 14 Décembre 2014

Pour le SYNJIT Pour l’UJIT

Le Secrétaire Général par interim la Secrétaire Générale

 
 

Alphonse K. LOGO Patricia Adjisseku

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*