Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Voici les preuves que le Togo peut quadrupler les salaires des fonctionnaires

image_pdfimage_print

frans_cfa


Dans cet article, nous n’allons pas comptabiliser les milliards de fcfa que le régime du Prince-héritier engage maladroitement pour huiler les réseaux mafieux, envoyer des griots en Europe et dans des milieux diplomatiques pour défendre sa cause quasi-perdue.Nous n’allons pas non plus recenser des centaines de fois où le Prince et ses collaborateurs grugent le trésor public pour leurs voyages de villégiature, pour des soins dans des hôpitaux chics à l’étranger ou pour l’entretien des multiples copines et maitresses aussi bien à Lomé que de par le monde.
 
Encore loin de nous l’idée de mentionner dans cet article, les milliards du contribuable togolais que le pouvoir du Prince utilise pour la propagande politique, l’intoxication du peuple et les marches puériles de soutien à ce régime moribond.
 
Nous allons juste citer des cas amplement avérés et chiffrés qui illustrent parfaitement le gangstérisme économique dont ce régime est désormais passé maître et qui explique justement la paupérisation aussi avancée de l’écrasante majorité du peuple togolais.
 
Déjà en 2006, sur un coup de tête irréfléchi, le pouvoir du Prince avait abusivement rompu un contrat de prestation avec le groupe Elliot représenté au Togo par Togo-Electricité. La sanction est tombée nette, 29 milliards de fcfa que le Togo est en train de payer à ce groupe depuis qu’il a perdu son procès.
 
Imaginons simplement à quoi peuvent servir 29 milliards dans le panier de la ménagère au Togo et sur combien d’années….
 
Sans trop aller dans d’autres détails, nous rappelons simplement que la GFI a déjà rapporté qu’entre 2005 et 2011, au moins 8.235 milliards de fcfa sont sortis illicitement du Togo ce qui représente au moins le double de l’ensemble des budgets annuels élaborés par notre pays sur les 6 ans.
 
L’on nous dira que cet argent n’appartient pas directement au trésor public, mais il demeure que c’est sous le régime du Prince que cet argent est sorti illicitement du pays alors qu’il a déjà dit à tous les togolais qu’il a mis en place des mécanismes de contrôle des flux financiers dans le pays.
 
Comment peut-il expliquer aux togolais ces flux illicites d’argent qui échappent au fisc ? C’est aussi dans cette période que la plupart des sociétés d’Etat sont tombés en faillite au Togo sans doute pour des raisons de détournements massifs d’argent ou simplement de très mauvaise gestion des ressources.
 
Comment le Prince peut-il empêcher les togolais de faire le lien entre ces flux illicites d’argent et les immenses ressources qui se sont évaporées des caisses de ces sociétés d’Etat ?
 
Mais passons. Dans son obsession à museler son frère et à lui prouver à tout prix qu’il est le plus fort, le Prince a été amené à laisser ses services de renseignement poser des actes ignobles, complètement inhumains à l’égard de Kpatcha Gnassingbé et ses coaccusés.
 
Conséquence, plus de 532 millions de fcfa ont été débloqués du trésor public pour les dédommager suite à un arrêt rendu par la Cour de Justice de la CEDEAO établissant clairement les violations des droits de ceux-ci.
 
Il en a été de même pour les 9 députés de l’ANC lâchement chassés du parlement et à qui l’Etat du Togo a dû reverser des centaines de millions de fcfa de dédommagement.
 
En 2013, du fait de son désir à rester absolument opaque, le Prince a grugé le trésor public pour organiser à coût de milliards, les élections législatives qu’il dit avoir remportées avec 62 députés sur 91 que compte l’actuel parlement. Et pourtant, les partenaires étaient tous disposés à financer ces élections pour peu que le Togo accepte d’y mettre un peu de transparence et d’équité.
 
En 2015, la même dérive revient en force. Le Togo dit organiser l’élection présidentielle sur fonds propre soit avec 12 milliards de fcfa au moment où les travailleurs demandent le minimum vital pour vivre et travailler dans l’intérêt bien compris du Togo et des togolais.
 
Nos autorités ont vite fait d’oublier que les milliards qu’ils sont en train de dilapider pour des fins futiles ou dans leur seul intérêt sont générés par les travailleurs qu’ils négligent et vilipendent avec autant d’aversion et de mépris aujourd’hui.
 
Qui peut comprendre la logique du Prince et de son régime ? C’est aussi sous Faure Gnassingbé qu’il nous a été annoncé un investissement de 10 milliards de fcfa dans le secteur de la santé sur le projet BIDC.
 
Au final, il s’avère que l’argent a été géré de façon opaque où l’on a plutôt acheté du matériel désuet… Conséquence, les centres hospitaliers et les hôpitaux sont restés dans leur état piteux et exsangue sans que personne ne lève le petit doigt pour réclamer des comptes.
 
C’est d’ailleurs avec beaucoup d’étonnement que l’on a entendu le Premier Ministre s’interroger mercredi sur le comment les centres hospitaliers ne disposent pas de chirurgiens, de sages-femmes en nombre suffisant ou d’équipements adéquats pour prendre en charge les milliers de patients qu’accueillent ces centres.
 
A qui pose-t-il ce genre de questions ? Au Prince ou peuple togolais. En sa qualité de ministre de la santé, a-t-il cherché un seul instant à voir clair dans la gestion des 10 milliards du projet BID ?
 
Comprend-il que depuis près de 50 ans le Togo n’est dirigé que par la famille de son mentor actuel ? A qui pose-t-il alors ces questions naïves qui frisent une forme d’hypocrisie et de fuite en avant ?
 
Ahoomey-Zunu serait conséquent avec lui-même qu’il se serait rendu directement au palais de la Marina pour interroger son mentor sur cette situation catastrophique que connaissent les centres de santé au Togo dès lorsqu’il a la preuve manifeste que toute la responsabilité de cette situation alarmante incombe sans ambages à ce Prince et à sa famille qui s’accrochent au pouvoir depuis bientôt 50 ans.
 
Quelle a été leur prouesse à l’égard du peuple togolais pour qu’ils soient encore tentés de continuer à s’accrocher indéfiniment à ce fauteuil ? Voilà la vraie question que le PM doit se poser et poser aux Gnassingbé.
 
Aujourd’hui, le Premier Ministre en personne navigue à vue avec une argumentation bancale qui voudrait que les syndicats réclament les équipements collectifs, le plateau technique etc. alors même qu’il a oublié que plus de 10 milliards avaient déjà été mobilisés à cet effet et qu’ils ont été dilapidés ou gérés de façon artisanale.
 
Comment Ahoomey-Zunu peut s’expliquer que le gouvernement qu’il dirige est prêt à débloquer 168 millions de fcfa pour un colloque qui se tient en 2 jours au Togo alors que ce même gouvernement s’avoue incapable de payer 909 millions de fcfa dus aux fonctionnaires en une tranche ? Voilà par où il doit en prince commence sa recherche de la franchise et de la cohérence.
 
L’heure de la masturbation intellectuelle est finie. Les beaux discours pieux sont révolus. Il est question maintenant pour nos dirigeants d’agir en hommes de pensées et de penser en homme d’action.
 
L’hypocrisie et la fuite en avant qu’ils ont toujours utilisés pour embobiner le peuple doit pouvoir prendre fin en ce 21 ème siècle où tout se sait, où la mentalité a considérablement évolué et où les langues se délient aisément quels que soient les embrigades que le politique pose contre le peuple.
 
Aujourd’hui plus que jamais, il est clairement établi que plus de 87 milliards ont été dilapidés à la BTCI, plus de 60 milliards à Togotelecom, autant d’autres milliards à la SNPT, à la nouvelle société cotonnière du Togo etc. Qui a levé son petit doigt pour demander des comptes ?
 
Personne n’en parle, personne non plus n’est puni pour ces détournements de taille qui ne sont rien d’autre que de vrais crimes économiques qui compromettent non seulement l’avenir de ces sociétés mais encore le devenir de tout un peuple.
 
Comment le Prince peut-il nous expliquer que le Togo manque d’argent pour s’occuper de ses travailleurs, des hôpitaux, des écoles etc. ?
 
Même en prenant le budget 2015 qui est évalué à 803 milliards de fcfa, l’on constate qu’il prévoit une mobilisation interne de plus de 700 milliards de fcfa.
 
Sur les 700 milliards plus de 240 milliards sont engagés dans l’investissement alors même que la masse salariale représente largement moins d’1/5 de cet investissement. Quelle place l’être humain, le citoyen togolais occupe-t-il dans la vision du Prince et de son régime ?
 
Faisons simplement le cumul de tous ces fonds mal gérés, dilapidés ou mal orientés et l’on se rendra compte que le Togo a la possibilité de quadrupler les salaires des fonctionnaires togolais sans que cela n’entache le fonctionnement normal de l’Etat.
 
Finalement il est clair que le régime du Prince exagère dans son cynisme et son sadisme à l’égard du peuple togolais et principalement des travailleurs de l’administration publique dans notre pays. Il urge donc de rectifier le tir.
 
source : togoinfos
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 19 février 2015


Catégorie(s) : Société
Tags : , , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer