Yark Damehame revient sur ses propos et incrimine le lieutenant pour fautes professionnelles lourdes

image_pdfimage_print

Yark_avril2013

Le « malheureux » incident de Bassar qui a causé la mort de 4 personnes dont le Commandant de Brigade (CB) de la gendarmerie de la ville, a suscité la mise sur pied d’une commission d’enquête, dont le rapport dément la version du premier communiqué rendu public, et affirme qu’il y a eu plutôt « tir entre deux éléments de la gendarmerie, suite à une indélicatesse du lieutenant qui commandait la compagnie ».

Dans une démarche de transparence, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le colonel Yark Damehame a estimé au cours d’un point de presse tenu ce vendredi, qu’il était « normal et important de revenir sur ce sujet pour situer la vérité », en rendant public « l’incrimination » du lieutenant Palou Pehèzi, pour fautes professionnelles lourdes, suite à la « bavure policière », dont il est « exclusivement » coupable.

« Il n’y a pas eu d’accrochage entre les forces de l’ordre et les trafiquants, les trafiquants n’étaient pas armés. Il y a eu échange de coups de feu entre le lieutenant et le CB qui est venu porter secours aux jeunes », a clarifié le ministre de la sécurité qui a indiqué que le lieutenant était d’ailleurs informé de la transaction illicite.

« Les trafiquants avaient déjà livré la marchandise à quelqu’un que le lieutenant connaissait. D’après la déposition de ce dernier, le lieutenant était informé de la transaction », a ajouté le colonel Yark Damehame, qui déplore la recrudescence de la corruption dans les rangs des « corps habillés ».

Le lieutenant fautif, qui selon le ministre Yark Damehame, a entretenu un flou pour faire croire aux gens qu’il y a eu un accrochage entre les trafiquants et la gendarmerie, sera mis à la disposition des juridictions compétentes, pour répondre des chefs d’accusation comme « faux comptes rendus, indélicatesse et homicide ».

Pour rappel, dans la nuit du 14 au 15 mars dernier, trois trafiquants de carburant frelaté et le CB de la gendarmerie de Bassar ont été tué dans un échange de tir, dû à une mauvaise appréciation entre le lieutenant qui commandait la compagnie et le CB.

Gaël N.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*