354ème édition de Kpessosso : Guerre autour d’une pierre politisée


© togoactualite – Quel spectacle le peuple guin présentera au peuple togolais à l’occasion de la 354ème édition de la prise de la pierre sacrée de cette communauté ? Bien malin est celui qui peut répondre à cette interrogation car deux camps s’opposent autour d’une pierre qui divise. Pour les uns cette année, la prise de cette pierre devraient se faire dans la sobriété alors que les autres optent comme toujours pour des festivités en grande pompe.
 
Photo |  archives
Photo | archives


En toile de fond de cette division, la politisation d’une fête traditionnelle. Alors qu’on pensait que le summum de cette politisation a été atteint l’année dernière avec la prise de la pierre au couleur d’un parti politique, UNIR pour ne pas le nommer. Pierre au couleur de UNIR doublée de la princesse qui s’est parée aux couleurs de ce parti, ce que vont vivre ceux qui feront le déplacement de Gbatsomé ce 1er septembre ne sera rien d’autre que la perte de vitesse ou la décadence d’une culture qui avait entretemps fait la renommée du peuple guin.
 
Cette fois-ci c’est l’ancienne ministre Kouévi Amédjogbé qui tire les ficelles. Cette dame dont la moralité est connue de tous et le chef du village de Zowlagan œuvrent pour saper la culture de toute une communauté. Faisant fi des décisions des chefs cantons de Glidji et des Guins, les deux compagnons d’infortune s’auto-proclament chefs du comité d’organisation de cette édition de la fête. Se faisant ils envoient des invitations aux autorités et rendent public des communiqués par médias appelant la population à participer à la cérémonie de la prise de la pierre sacrée à Gbatsomé. Or ce sont les chefs cantons qui nomment les comités d’organisation et qui envoient des invitations aux autorités politiques et administratives. Ces derniers, compte tenue des difficultés qui émaillent l’organisation de cette fête avaient décidé que les cérémonies se déroulent dans l’intimité des lieux saints.
 
Et donc par conséquent, pour ces chefs, premiers responsables des forêts estiment n’avoir envoyé d’invitation à personne pour des raisons d’accalmie à la tension que connait cette communauté au cours de ces dernières fêtes.
Ils invitent les populations guins à suivre leurs instructions pour préserver le climat de paix et la sérénité des lieux saints. Une sortie des garants des us et coutumes qui met mal à l’aise le pouvoir en place. Qui le pouvoir dont le rôle malsain dans cette crise est connu va suivre ? Passera-t-il outre les instructions des autorités coutumières pour assister à cette fête ? Dans ce cas, s’il y a affrontement à qui incombera la responsabilité ? Voilà autant de question que le pouvoir doit se poser avant de prendre une décision.
 
lomévi (www.togoactualite.com)