Au moins 6 voleurs brûlés vifs à Lomé


vindicte_500


Au moins six voleurs présumés ont été brûlés vifs entre vendredi et dimanche à Lomé. Une situation liée à l’insécurité grandissante à Lomé.
 
Quatre voleurs armés de machettes arrêtés puis brûlés à mort à Agbalépédogan, une banlieue de Lomé. Dans trois autres quartiers, Kpota-djifa, Anfamé et Adigodomé, trois individus présumés voleurs sont également brûlés vifs après avoir été lynchés.
 
Pas de répit pour les présumés voleurs pris la main dans le sac à Lomé et ses environs. Les voleurs arrêtés, sont dans un premier temps lynchés avant d’être aspergés d’essence puis brûles vifs.
 
En l’espace de quelques jours, sept personnes ont été brûlées vives par les populations. Les images ont fait le tour des réseaux sociaux.
 
Les habitants reconnaissent que la vindicte populaire n’est pas une bonne chose. Mais, les mêmes personnes interviewées sont unanimes sur un fait. Avec la montée de l’insécurité qui n’épargne personne, il faut un rapport de force. « Et le rapport, explique Dieudonné, c’est ce que fait la population : on t’arrête et on te brûle. »
 
Abraham, 39 ans, mécanicien, explique la vindicte populaire par le fait que « des présumés voleurs arrêtés puis confiés à la police, reviennent quelques temps après pour narguer tout le monde. »
 
L’insécurité à Lomé devient préoccupante. Certains Togolais évitent de sortir la nuit. Mais, la grande question que la population se pose, est de savoir qui sont ces individus qui tuent et sèment la panique dans la capitale, comme à l’intérieur du pays.
 
Malgré les patrouilles et les autres dispositions prises, force est de constater que, l’insécurité persiste. Il n’y a pas un jour où un fait divers parle de moto volée et du propriétaire tué à la manchette.
 
Décapitation
 
« Nous sommes fatigués. Si l’état ne peut pas nous protéger, nous allons nous protéger nous-mêmes », confie, en colère, un jeune homme.
 
Dans l’une de ses parutions, le quotidien privé « LIBERTE » parle de cette situation et estime que c’est « l’inaction du gouvernement face à l’insécurité qui conduit à la vindicte populaire ».
 
 » C’est un danger de voir s’installer dans un pays, la pratique de la vindicte populaire, puisqu’elle ne tient pas compte du respect des droits de l’Homme. (…). Il est impérieux que les autorités œuvres pour la sécurité des populations, seule voie à même de mettre un terme à la vindicte populaire », avait écrit Liberté.
 
Ce lundi, un homme a été retrouvé décapité. Le corps sans vie du jeune homme a été découvert non loin d »un cimetière dans une banlieue de Lomé. Il a été tué dans la nuit du dimanche suite à un braquage. Sa moto a été emportée par les voleurs.
 
Ces dernières semaines, la police dans ses enquêtes avait démantelé quelques réseaux d’individus spécialisés dans le braquage avec armes et machettes. Sur le terrain, malgré quelques démantèlements de réseaux mafieux, les malfrats opèrent toujours, terrorisant la population.
 
source : afriquatualité
 

Les + Commentés 1

  1. issifou says:

    tt ne va pa o togo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *