60ans des indépendances : Etat et pouvoir en Afrique

0
1015
Image © Bettmann/CORBIS © Bettmann/CORBIS

De l’Etat colonial et de la post colonie en Afrique francophone : ruptures et continuités

Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le système d’administration et politique colonial francophone en Afrique. Nous avons planché sur le sujet en duo avec le Pr Joseph Kizerbo, auteur entre autres d’une «Histoire générale de l’Afrique» et directeur éminent de l’ouvrage «La natte des autres», une invite au développement endogéne. Mais aussi, le contexte des soixante ans d’indépendance de bon nombre d’Etats africains invite à relever des évolutions de tout ceci, aujourd’hui, à l’an 60 des indépendances.

Le continent africain a connu et connait encore de nos jours un parcours parsemé d’embuches. Hier comme aujourd’hui, l’Afrique a sa progression perturbée, entravée d’aucuns ont parlé de régression. Après les traites esclavagistes arabes et occidentales, la colonisation mis «le continent sous le joug colonial qui est une forme singulièrement primitive de la domination de race» (Achille Mbembé). La décolonisation et ou les indépendances, l’Etat postcolonial renvoie pour sa part à la «situation dans laquelle se trouve l’Etat après l’indépendance. Cette époque est synonyme de sortie de la grande nuit» (Achille Mbembé). Et alors, le continent africain fut et est toujours à la prospection issues faisant de nombreux pessimistes : «Et si l’Afrique refusait le développement» (A Kabou) ; « L’Afrique noire est mal partie » (R Dumont) ; «L’Afrique de l’ouest, un adulte mal dans son âge : de la persistance de conflits politico militaires et de la pertinence de la piste fédérale» (M Kanté, 2010).
Sommes-nous sortis du dictat colonial? L’Afrique a-t-elle les coudées franches dans la conduite et la compétition qu’exigent les progrès? Les règles du jeu ont-elles vraiment changé, évolué? Les pouvoirs sont ils reflets des peuples ? C’est sans doute l’impasse et le dérèglement qui étaient plus considérables, alors, et se manifestaient par une stagnation ou régression sociale, économique, politique, environnementale…qui firent se délier tant de langues et suscitèrent les alertes de tant de disciplines et genres littéraires ou scientifiques.
Pour traiter d’un tel sujet, nous allons d’abord étudier le système politique colonial français (avec comme principal auteur référent Kizerbo), puis jeter un regard sur l’Afrique présente, des indépendances d’où un avis sur l’état de la direction, de la conduite de notre continent.

Le système politique de l’Etat colonial

  • Les colons en Afrique :
    Le continent africain fut colonisé par des impérialistes européens de diverses nationalités, à travers des formulations et des procédés différents. Les anglais et les français eurent une présence plus importante, avec pour les premiers un système d’administration indirecte, pour les seconds un système d’administration surtout directe. Ces deux systèmes traduisent la culture et l’approche différentes entre ces deux peuples. Mais les colons furent aussi allemands, portugais, belges…

-Le système politique colonial français
Quoiqu’exercé avec la participation des locaux, le système d’administration directe français connait une présence coloniale considérable, le blanc dans son poste ou par ses tournées délibèrent sur les relations et sur les exploitations. La France contrôlait en Afrique de l’ouest un territoire d’un seul tenant, qui égalait neuf fois sa propre superficie, soit cinq millions de kilomètre carré.

Les territoires français furent d’abord regroupés en deux ensembles : L’AOF composée de sept puis de huit territoires, quand en 1919, le haut Sénégal Niger fut scindé pour constituer deux colonies (le soudan et la haute volta). Les autres étant le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée, la Cote d’ivoire, le Niger et le Dahomey. Les territoires de l’AEF constitués plus difficilement (Congo, Gabon, Oubangui Chari et Tchad) furent un moment confondus en une seule colonie, mais cette décision se révéla impraticable.

Héritiers de la troisième république du régime autocratique de Napoléon3, les territoires sénégalais (St louis, Dakar, Rufisque et Gorée) avait une culture brassée par la présence ancienne du colon et ses écoles (Ponty…) d’où une érection en commune de pleine exercice de certaines de ces villes avec un statut de ‘’mieux considérés pour ces citadins’’. De la, vient l’ambiguïté de la politique coloniale française qui errera entre l’utopie de l’assimilation aux mirages de l’intégration.

-Les différentes modes d’administration coloniale française :

Dans l’entre-deux-guerres, la France détient le second empire colonial, avec des possessions dans la plupart des régions du globe. À cette diversité géographique correspond également une diversité des modes d’administration coloniale : colonie, protectorat, mandat.
La colonie est la domination politique d’un territoire par un autre État. On distingue les colonies d’exploitation (où la puissance coloniale administre le territoire mais sans qu’il y ait une implantation importante de population métropolitaine) des colonies de peuplement (où il y a une implantation importante d’une population métropolitaine). La France n’avait pas de véritable colonie de peuplement, à l’exception de l’Algérie.
Le protectorat diffère de la colonie en ce que les institutions existantes sont formellement maintenues par la puissance coloniale. Celle-ci assure la gestion de la diplomatie, du commerce extérieur et bien sûr de la défense. Le protectorat est dans une certaine mesure, un mode d’administration coloniale indirecte. C’est le cas du Maroc par exemple.
Le mandat est le mode d’administration coloniale consacré par la communauté internationale. En effet, le mandat est un territoire confié à une puissance coloniale par décision de la Société des Nations. Ces mandats étaient, avant la Première Guerre mondiale, des colonies allemandes ou des possessions de l’Empire ottoman. C’est le cas, par exemple, du Togo et du Cameroun, en Afrique de l’Ouest et centrale.

-Les institutions de la colonisation française :
A la tête des colonies est le ministre des colonies, responsable de l’administration coloniale devant l’assemblée nationale. Celle-ci pouvait légiférer mais laissa surtout le ministre administrer par décret. Ce ministre fut très chargé car dirigeait aussi Madagascar et les domaines nord africains, asiatiques et américains de la France. Ainsi, le personnage clé fut donc naturellement l’homme qui, dans chaque fédération, était à la tête de l’administration : le gouverneur général, représentant et détenteur des pouvoirs du gouvernement de la république, il est ordonnateur du budget fédéral, maitre des forces armées et chef des services administratifs centraux de la fédération. Aucune loi, ni décret venu de France n’est applicable dans son secteur s’il n’en a pas fait la promulgation. Cette disposition lui donne pratiquement une sorte de droit de véto suspensif pour les mesures qui lui déplaisent. Le conseil de gouvernement qui l’assiste formé du secrétaire général de l’administration, du général en chef, du procureur général, etc…n’était qu’un organe consultatif. L’échelon inférieur est constitué par le gouverneur chef de territoire qui est la réplique du gouverneur général, avec son propre conseil consultatif. Le principe était que le gouverneur général gouverne et le gouverneur de territoire administre. Mais avec la distance, les services du chef lieu de territoire recevait des ordres de Dakar, puis de Libreville et Brazaville. Cependant, les ordres du gouverneur territorial étaient souvent les plus pressants. Le gouvernement conduisait le travail pratique par un réseau de commandants de cercle, ultérieurement secondé par des chefs de subdivision. Le commandant de cercle était réellement la cheville ouvrière de tout le système. C’est le maitre d’œuvre : juge, financier, ingénieur des travaux publics, agent de police et de sécurité, chef militaire gérant de greniers publics, inspecteur d’enseignement, agent sanitaire ou recruteur. Avec la distance c’était lui ‘’le vrai manitou de la Brousse’’.

La représentation, participation des colonisés
Il fut instauré un système de discrimination entre colonisés citoyens et colonisés indigènes. Certains noirs sortis de l’école du colon furent promus : maires, députés, représentants syndicaux…
En 1937, un décret relatif à l’admission à la citoyenneté française énumère onze conditions nécessaires et renforce encore les dispositions antérieures. En fait, en 1937, en dehors des natifs des quatre communes, deux mille cinq cents africains environ seulement étaient «entrés dans la famille» sur quinze millions d’habitants… Ainsi, la grande majorité persista dans l’indigénat, qualifié de sujets. Ces indigènes connaissent des discriminations : accès interdit aux structures de premier choix, limitation dans les grades. Les conseils de notables indigènes, autorisés par le décret de 1919 n’avait qu’un rôle consultatif. D’autant plus qu’en 1910, le gouverneur général William Ponty déclarait que les autorités locales constituent un écran à supprimer : d’où la création de la chefferie traditionnelle «seul le commandant est responsable déclara le gouverneur général Van Vollenhoven. Le chef indigène n’est qu’un instrument, un auxiliaire» d’où une avancée suivie d’un recul.

Cette limitation citoyenne s’accompagna d’arrestations et déportations de leaders surtout religieux : Alfa Yaya, Samory (Guinée), Ahmadou Bamba (Sénégal) Thierno Aliou emprisonné dans le camp des iles de Los. Malgré ce musellement, les résistances sont restées ininterrompues grâce à la religion, à l’implication dans les guerres mondiales, facteur d’éveil et réveil politique. Mais des acquis dans la lutte pour l’émancipation, notamment, en 1946: loi Houphouet Boigny (abolition du travail forcé), loi Lamine Guéye citoyenneté à tous les ressortissants de l’union française, grève à Dakar et ailleurs, notamment, des cheminots; création de l’association générale des étudiants africains de Paris, le besoin-recours aux tirailleurs africains, le panafricanisme militant furent entre autres des atouts ou arguments politiques décisifs.

Sortie des mains du colon blanc, l’exercice autonome du pouvoir s’est révélé difficile au continent africain. Le système, les hommes, les voies, les objectifs, tout fut source de tiraillements. D’abord, la décolonisation se fit de diverses façons : Au nord, en Algérie, il a fallut des guerres de libération. En Afrique subsaharienne, Deguaulle proposa un référendum pour un oui ou non à un compagnonnage, communauté française en vue d’une indépendance ou pour une rupture, beaucoup optèrent pour ce compagnonnage en vue d’une indépendance ’’totale’’. La Guinée sous Sékou Touré se singularisa par un non motivé à la continuité avec le colon français. 60 ans après, certains invoquent toujours des suppôts et ou des mains baladeuses de l’occident sur le continent. D’où A Blondy : «la démocratie bananière finira par la guerre civile, port tribal, post colonial…». Ainsi, quelque soit la modicité de ses moyens tout Etat africain devrait s’inspirer du maillage territorial colonial pour formuler une décentralisation inclusive où le centre aura des répondants, des relais partout. Et ce qui ne reste pas à dire mais demeure à dire, c’est ce que tous les prophètes et autres éclairés étaient venus dire : «Dieu lui-même ne change pas le sort d’un peuple qui ne s’y prête pas, qui ne s’estime pas». Et donc, le destin du dessein africain sera par et pour les africains, aujourd’hui, les niveaux de formation sous tous les cieux se valent : «Salut Africa Mère!» ( dernier vert de l’hymne du Sénégal écrit par Senghor)

P B Moussa KANE, doctorant aménagement-développement,
DEA sciences PO, membre du groupe de recherche «les EDIFICATIONS» (UGB)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 51 = 52