Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE A l’aune du lien du sang/Faure Gnassingbé : « Kpatcha reste mon...

A l’aune du lien du sang/Faure Gnassingbé : « Kpatcha reste mon frère »

- Advertisement -
Kpatcha et Faure Gnassingbé
Kpatcha et Faure Gnassingbé

15 février 2010, à l’approche de l’élection présidentielle, le chef de l’État togolais, Faure Essozimna Gnassingbé a eu un entretien avec Jeune Afrique au cours duquel, il a marqué son attachement familial, le lien du sang, à Kpatcha Gnassingbé, même si la condamnation de ce dernier à 20 ans de réclusion criminelle en 2011 suscite assez d’interrogations. Quoi qu’il en soit, Kpatcha reste son frère, et Faure se devait de pardonner son demi-frère, c’est-à-dire, tout lui pardonner.

Condamné en 2011 à 20 ans de réclusion criminelle avec déchéance civique et confiscation générale de ses biens dans l’affaire de coup d’état, Luc Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du président togolais est depuis son incarcération dans la mémoire collective. Oublier le grand Ministre de la Défense qu’il était jusqu’à 2007, faiseur de « roi » en 2005 et surtout son rôle présumé dans les violences et autres violations des Droits de l’Homme au décès du général Eyadéma, le sort de Kpatcha fait aujourd’hui pitié au point qu’une majeure partie de Togolais plaide ouvertement pour sa libération. Le président Faure ne devrait pas garder son frère aussi longtemps en prison, pensent les Togolais.

Kpatcha, le mea culpa…

« J’ai demandé aux officiers à l’époque de faire allégeance à mon frère le Président. Ça, je le reconnais et je le redis ! Parce que je connais à peu près cette armée. Je sais qu’il y a de petits groupes ethniques. Pour moi, il fallait éviter le pire. Et si j’ai mal fait, je présente mes excuses. Mais je crois qu’il fallait aller pour éviter le chaos. C’est cette raison qui m’a poussé à demander aux officiers supérieurs, d’abord aux généraux et ensuite aux officiers supérieurs de faire allégeance à mon frère le président Faure… ». Ainsi parla l’ancien député de la Kozah, Kpatcha Gnassingbé lors d’une audience spéciale à lui accordée en 2012 par Monseigneur Nicodème Barrigah, le président de la CVJR, Commission Vérité, Justice et Réconciliation.

À la fin de l’audience, l’ancien Ministre de la Défense avait formulé le vœu de voir l’Evêque d’Atakpamé, Monseigneur Barrigah, réconcilier lui et son frère le président Faure et au-delà, la famille Gnassingbé. « Pourquoi pas mettre ensemble les frères et sœurs de la famille Gnassingbé. C’est très important. Je sais que c’est lourd mais je pense que ce n’est pas impossible, » avait-il conclu.

Au-delà de ce qu’on peut qualifier d’aveu, ce demi-frère du chef de l’État s’est aussi saisi de l’occasion pour présenter ses excuses au peuple togolais. Une demande de pardon qui semble susciter depuis lors, la pitié du peuple et des responsables politiques qui ont souvent demandé au président Faure d’accorder une grâce présidentielle à son petit-frère, son ancien Ministre de la Défense, 2005-2007, c’est-à-dire l’homme avec qui, il a toujours eu assez de complicités aux premières heures de sa fonction présidentielle.

Aujourd’hui, si l’on demandait aux populations togolaises de battre le pavé pour manifester leur volonté quant à la libération de Kpatcha Gnassingbé, beaucoup n’hésiteront pas à être dans la rue. Mais attention, ils le feront non pas parce qu’ils ont déjà oublié son rôle présumé dans les violences de 2005 qui ont occasionné 400 à 500 morts selon l’ONU, mais c’est parce qu’ils ont désormais pitié de lui, de ses souffrances et surtout de son état de santé devenu de plus en plus fragile. Le « Toutpuissant Kpatcha » qui fait pitié. Qui l’eût cru ?

Au-delà des attentes, l’espoir…

« Vous pouvez imaginer combien la révélation de cette action m’a touché. Profondément attaché aux vertus familiales, je n’avais jamais imaginé qu’une telle fracture pouvait s’ouvrir, » larmoyait presque Faure Gnassingbé dans son discours du 17 avril 2009, quelques jours après l’arrestation du député Kpatcha. Cependant, en 2010, il a reconnu que Kpatcha reste son frère. C’est fort une telle déclaration qui oblige à ce qu’on puisse attiser, activer et surfer sur le lien du sang pour réconcilier les deux fils d’Eyadéma. S’il est vrai que le lien du sang, est sacré, il est aussi vrai que l’espoir est permis.

Il y a quelques mois, des indiscrétions font état de ce qu’une voix de plus et non des moindres s’est ajoutée à toutes celles qui plaident pour la libération de Kpatcha. Il s’agit de l’ancien président du Ghana John Jerry Rawlings qui aurait adressé un courrier à Faure Gnassingbé demandant sa clémence pour la libération de son demi-frère.

Aussi se rappelle-t-on qu’en début du mois de février 2019, l’Archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Kpodzro qui s’est rendu à la prison civile de Lomé pour rencontrer Kpatcha, avait déclaré à sa sortie qu’il fera le nécessaire pour sa relaxation. « J’ai rencontré le frère du président. Il m’a parlé comme un fidèle parle à son prêtre ou à son pasteur. Il m’a dit qu’il est malade et en le voyant, on ne peut en douter. Il m’a fait comprendre qu’il a envoyé des lettres à ce sujet à son frère mais sans suite. Il n’a aucun souci à part sa mauvaise santé, » a indiqué le prélat avant d’ajouter : « Il m’a chargé d’aller discuter avec son frère. Et moi, j’irai rencontrer le frère et lui dirai tout simplement ce que j’ai vu et entendu ».

D’autres voix dont celles de l’actuel président Ghanéen Nana Dankwa Akufo-Addo et du Roi Ashanti Otumfuo Nana Osei Tutu II, sont également sur le dossier pour la mise en liberté de Kpatcha qui a déjà bouclé dix (10) ans en prison. Dix années auxquelles s’ajouteront 10 autres si Faure Gnassingbé, grand-frère de Kpatcha souffrant en prison, ne mette un peu d’eau dans son vin, reconsidérer sa position pour sauver la vie de son frère. Le lien du sang est précieux.

Source : La Manchette

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

89 − 86 =

LES + LUS

Prof. Apédo-Amah dézingue le pouvoir et chiffonne l’opposition

Professeur de Lettres des universités du Togo, dramaturge, ancien Secrétaire général de la Ligue Togolaise des Droits...

Togo, Justice à deux vitesses : Kpatcha Gnassingbé et Loïk Le Floch-Prigent, le contraste !

Il était l’un des grands patrons inculpé par la justice togolaise dans l’affaire d’escroquerie internationale. Loïk Le Floch-Prigent,...

Se faire établir une Carte nationale d´identité à Sokodé, un Véritable parcours de combattant : une autre persécution du pouvoir dont personne ne parle.

Ville assiégée avec son corollaire de check-point aux principales entrées, de va-et-vient de camions et jeeps militaires...

Togo : Permis de conduire pour motos? Un peu de réalisme « Monsieur Yark » !

Par un arrêté ministériel, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark...