Abass Bonfoh : « Je pense que les résultats de Bassar ne seraient pas justes… »

0
593


L’ancien président de l’Assemblée Nationale du Togo, Abass Bonfoh rejette les résultats provisoires des législatives du 20 décembre dans le grand Bassar. Le 23 décembre dernier, il avait déjà fait part de son désaccord sur son compte twitter et il revient à la charge ce 26 décembre en précisant que cet arrangement de la CENI est irrationnel.

« Je voudrais féliciter la CENI qui a conduit le processus électoral jusqu’au bout malgré des embûches diverses. Mais j’ai suivi les résultats provisoires donnés. Je pense que les résultats de Bassar ne seraient pas justes. UNIR aurait 3 sièges », a-t-il twitté ce 23 décembre 2018.

Selon lui, les résultats donnés par la Commission Electorale Nationale Indépendante selon laquelle, les partis politiques UNIR et le NET ont respectivement gagné deux (2) et un (1) sièges ne sont pas authentiques. Ils diffèrent de ceux de la CELI Bassar. Il en déduit donc que la population de Bassar a été contrainte à un mariage forcé, et estime que c’est du mépris vis-à-vis de cette population qui mérite un minimum de considération.

« BASSAR, c’est l’une des plus vieilles unités administratives. Pour un minimum de considération, pour lui faire un habit, on devait, demander son avis, lui prendre ses mesures et lui donner la possibilité de choisir la couleur de l’habit et le modèle. Pourquoi ce mariage forcé ? Un mariage forcé avec quelqu’un qu’on ne connaît pas et qui vous a jamais courtisée ni demandé votre main. Quel mépris! Votre fiancé discrètement vous pousse dans les bras inconnus de son « Rival ». Ce n’est pas rationnel. Je me refuse à cet arrangement », a-t-il fustigé.

En attendant que la Cour constitutionnelle ne scelle les résultats du scrutin du 20 décembre, l’Union pour la République (UNIR) occupe la première place en tête de liste suivie de l’Union des forces de Changement (UFC).

Rappelons que sieur Abass Bonfoh était celui qui a assuré l’intérim de la Présidence de la République togolaise en 2005.

Nicolas
 
source : icilome
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

16 + = 22