Accueil TOGO ACTUALITÉ SOCIÉTÉ Aéroport international de Lomé : Le racket exaspère les passagers

Aéroport international de Lomé : Le racket exaspère les passagers

- Advertisement -
Aéroport international de Lomé
Aéroport international de Lomé
Au Togo, dans tous les secteurs, la corruption gangrène et connaît des niveaux plus élevés dans le gouvernement, chez les parlementaires, dans le corps judiciaire et dans la fonction publique, mais aussi dans l’armée. Malgré les discours et la mise sur pied de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA), la racine du mal est loin d’être coupée. Il suffit de faire un passage en revue de nombreux scandales qui ont été révélés et restés sans aucune poursuite judiciaire. 
Les faussaires identifiés ou mis en cause, sous le couvert de l’impunité, courent les rues. Mieux, ils sont promus ou maintenus à leurs postes. 

Parmi les corps touchés par le phénomène de la corruption, plusieurs rapports pointent du doigt les corps habillés. Dans les rues, les policiers qui contrôlent la circulation rackettent. 

A l’aéroport international de Lomé, le phénomène n’est pas certes nouveau, mais prend un envol inquiétant. Et les passagers se plaignent du racket que pratiquent les employés et surtout les policiers. « Malgré des campagnes de sensibilisation et des mesures de prévention, rien ne semble décourager ces agents indélicats dont certains ont été surpris en flagrant délit ou filmés par les caméras de surveillance dont ils ont essayé de détourner les objectifs », précisait en juin 2012 un communiqué officiel du Conseil des ministres. A l’époque 39 agents ont sanctionnés. Mais cela n’a pas suffi à arrêter l’hémorragie qui continue de plus belle. Et on se pose la question : a qui profite le crime ?

Voyageant dans un pays de la sous-région avec un colis contenaient des condiments, un passager a fait l’amère expérience mercredi dernier. « A l’entrée de l’aéroport, après avoir fait passer mes bagages, l’agent en treillis qui était derrière l’écran m’a interpellé et me disait ceci : « Puisque ce sont des choses de nourritures, tu nous fais à manger nous aussi ». Et il me mettait la pression tellement que je lui ai remis une somme », confie-t-elle. Mais dans le Hall de l’aéroport, il dit avoir été soumis à un racket organisé. « Dans le hall, c’est le même scénario. Puisque je n’ai plus assez de reliquat, j’ai dû leur remettre quelques pièces que j’ai sur moi. Mais je étais surpris lorsqu’un agent a refusé et exigé la confiscation de mes bagages. Pour ne pas rater le vol, surtout que j’ai pris du retard, j’étais obligé de lui remettre un billet de 1000 F que j’avais sur moi », s’est-il désolé.

En plus de la surtaxe billet d’avion qui revient cher, le phénomène de corruption et le racket engagent de lourds frais aux passagers. Pendant ce temps, l’aéroport international de Lomé construit par les Chinois, il y a seulement cinq (05) ans, a du mal à résister aux intempéries.

source : L’Alternative-Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

68 − 60 =

LES + LUS

Présidentielle 2020 : Jean-Pierre Fabre demande la démission de Faure Gnassingbé, Aboudou Assouma et Kouami AMADOS-KODJO

Le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Jean-Pierre Fabre a annoncé mardi 21 janvier 2020...

Présidentielle du 22 février au Togo : Quelques chiffres et dates clés

Les togolais iront aux urnes le samedi 22 février pour la présidentielle. Au total...

Microfinance : Plus de 500 millions de FCFA volatilisés à Lumen

Depuis le lundi 13 janvier 2020, les agences de Lumen sont prises d’assaut par les épargnants. Ils veulent rentrer...

Présidentielle 2020 : 40 220 flacons d’encre indélébile réceptionnés par la CENI

Tout se précise pour la tenue de l'élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo. La Commission...