Affaire Agbéyomé: Dr Atsou Kwasi appelle le peuple à prendre ses responsabilités

0
1399

Par gapola.net

Au moment où l’étau judiciaire se renferme sur Gabriel Agbéyomé Kodjo suite au mandat d’arrêt international lancé en son encontre, ses alliés ne comptent non plus baisser les bras. La Coordination Internationale de la Dynamique Mgr Kpodzro (CIDMK), qui condamne ce qu’elle appelle un acharnement judiciaire, rappelle une fois encore qu’en tant que Président élu, Gabriel Agbeyomé n’a droit de comparaître devant aucune juridiction. Et partant, elle appelle le peuple à une mobilisation générale.

Le bras de fer entre la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) et le pouvoir judiciaire se poursuit.

Après la convocation déclinée du Doyen des juges d’instruction de la Cour d’Appel de Lomé par Gabriel Kodjo Agbeyomé, c’est la Coordination International DMK qui revient à la charge, suite au mandat d’arrêt international lancé contre le candidat de la Dynamique à l’élection présidentielle du 22 février dernier.

Dans un communiqué en date du 16 juillet, Dr Edem Atsou Kwasi de la CIDMK, condamne ce qu’il appelle acharnement judiciaire contre le Président du MPDD et rappelle une fois encore que Gabriel Kodjo Agbéyomé, reste « le président élu et détenteur du pouvoir légitime grâce à l’onction du peuple ».

A ce titre poursuit le communiqué, « Agbéyomé ne doit se présenter devant une juridiction sous ordre, ce qui rend subséquemment le mandat d’arrêt décerné contre lui, nul et de nul effet ».

Partant de ce fait, la CIDMK qui note que les institutions de la République ont perdu toute leur crédibilité et leur légitimité, appelle donc le peuple à prendre ses responsabilités. « Avec le Président démocratiquement élu, son gouvernement et les patriotes de tous horizons, la CIDMK travaille sans relâche pour qu’ensemble, dans un élan commun, nous recouvrions notre fierté et dignité bafouées par ceux qui sont assis sur le destin de la Terre de nos aïeux », devrait-elle poursuivre.

Rappelons que la présidentielle du 22 février, s’est soldée par la victoire du Président sortant Faure Essozimna Gnassingbé avec plus de 70% des suffrages.
Sauf que depuis, Gabriel Kodjo Agbéyomé, venu en seconde position avec 19% des suffrages, selon les résultats de la Cour Constitutionnelle, n’a cessé de contester cette victoire qu’il qualifie de frauduleuse.

source : Caleb AKPONOU / gapola.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

21 − 18 =