Affaire d’espionnage: Aimé Adi invite le gouvernement à donner une suite et une garantie de non répétition.

0
663

Par @gapola

Aimé Adi, Directeur d’Amnesty International, section Togo, a dénoncé ce mardi 04 août 2020, le système d’espionnage mise en place par le régime de Faure Gnassingbé pour écouter des religieux, des politiques et des acteurs de la société civile. Pour ce défenseur des Droits humains, les autorités togolaises doivent donner une suite à cette affaire en prenant des garanties de non récidive.

Selon les enquêtes des journaux Le Monde et The Guardian, des religieux et opposants togolais sont depuis des années ciblés par un logiciel espion israélien du nom de Pegasus, pour le compte du pouvoir de Lomé. Sur la Radio France Inter (RFI), le Représentant session Togo d’Amnesty International a vivement condamné l’acte du pouvoir de Lomé qu’il qualifie de violation flagrante des Droits humains.

Selon Aimé Adi, « les résultats des enquêtes des journaux révèlent une pratique contraire aux principes en matière de la liberté d’expression et de communication et constitue hélas une violation flagrante des Droits humains ».

Par ailleurs, M. Adi invite les autorités togolaises à prendre des mesures correctionnelles pour éviter que de telles pratiques ne se répètent.

«Les autorités togolaises doivent donner une suite en prenant les garanties adéquates qu’une telle pratique ne se généralise ni ne se répète », a-t-il déclaré, avant de conclure : «les membres de la société civile et les autorités religieuses, ne doivent  faire l’objet d’aucune forme de menace ni d’intimidation ».

source : @gapola

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

39 − 37 =