Affaire des incendies : L’instruction clôturée, le procès annoncé devant la Cour d’assises en juin prochain


Incendies_accuses_procureur

. Vers la résurgence de la tension politique

C’est la communion totale qui caractérise la classe politique, avec les échanges politiques engagés depuis la semaine dernière. Elle s’est entendue sur la nécessité d’ouvrir un dialogue formel dans la perspective de l’exécution des réformes constitutionnelles et institutionnelles, malgré la position initiale de Faure Gnassingbé ; et ce dialogue est censé débuter aujourd’hui. Mais cette douce ambiance pourrait être remise en cause par la résurrection de l’affaire des incendies qui a pourri la vie politique nationale depuis janvier 2013. Il est annoncé la fin de l’instruction et le procès des inculpés en juin prochain.

Instruction terminée !

C’est ce qui a été annoncé en fin de semaine dernière à certains inculpés, notamment ceux détenus à Kara et libérés récemment. En effet, ils ont été convoqués la semaine dernière par le juge d’instruction et il leur a été annoncé la clôture de l’instruction (sic). Une information qui doit réjouir la pléthore de personnes arbitrairement inculpées dans cette affaire et qui attendaient impatiemment le procès pour en finir, mais qui doit faire sourire certains observateurs. D’autant plus que cette instruction s’est clôturée de soi depuis pratiquement un an, avec les libérations des politiques inculpés dans ce dossier afin qu’ils participent aux législatives du 25 juillet 2013. Et ce n’est d’ailleurs pas la toute première fois que la fin de l’instruction est annoncée. Elle l’a été plus d’une fois déjà par le Procureur de la République, Essolissam Poyodi à tarvers ses sorties médiatiques.

Il faut rappeler que c’est une instruction dirigée dans un seul sens qui a été faite. Tout de suite au lendemain de la survenue des sinistres, la chasse aux opposants et leaders du Collectif « Sauvons le Togo » a été enclenchée. Tous furent inculpés, certains même arrêtés et détenus durant des mois avant d’être libérés. La justice a fermé les yeux sur tous les autres indices et révélations devant la pousser à instruire à décharge. Les conclusions des recherches des experts français relevant des éléments importants ont été mises sous embargo, le rapport produit par le Cst et relevant des informations utiles occulté. Ce sont en somme des éléments qui auraient pu faire changer l’orientation de l’instruction. Mais le curseur a été savamment maintenu sur les leaders du Cst.

Les inculpés devant la Cour d’assises en juin prochain

La clôture de l’instruction devra logiquement céder le pas à l’organisation du procès. Et selon les indiscrétions, le pouvoir programme le jugement aux assises en juin prochain. Pourquoi donc la Cour d’assises ? Cela vise simplement à réduire les possibilités de recours des inculpés, tout comme la manœuvre a été entretenue dans le dossier Kpatcha Gnassingbé. Il s’agit donc d’un dossier signalé dont veut profiter le pouvoir pour écarter des adversaires sérieux.

Cette information ne vient que confirmer celle déjà donnée récemment sur ce dossier dans la parution N°1690 du 5 mai 2014 sous le titre « Présidentielle de 2015 : Des manœuvres pour écarter Jean-Pierre Fabre de la course avec l’affaire des incendies » où nous annoncions, sur la base des indiscrétions, le procès en juin prochain. Aujourd’hui on a donc les précisions utiles.

Il faut avouer que l’imminence de ce procès doit réjouir les inculpés dans l’affaire qui se savent innocents et n’attendent que ce moment pour se décharger. Et comme redouté, il risque d’éclabousser le pouvoir qui a éprouvé toutes les difficultés du monde à persuader l’opinion de la culpabilité des leaders du Cst, s’il devrait se dérouler dans les règles de l’art. Car tout au long de la fameuse instruction, il ne s’est pas investi à fond pour la manifestation de la vérité. Un euphémisme pour ne pas dire qu’il s’est plutôt employé à empêcher son avènement. Le principal accusateur, le jeune Mohamed Loum est revenu sur ses premières déclarations, a disculpé les leaders de l’opposition, fait des révélations sur l’instrumentalisation dont il a été victime et cité des noms. Mais cela n’a guère convaincu la Justice à instruire à décharge. Les conclusions des experts français comportant des indices essentiels sont mises sous embargo et le rapport du Cst balayé du revers de la main.

Vers le retour de la tension politique

C’est un secret de Polichinelle que cette affaire des incendies est un dossier signalé dont voudrait profiter le pouvoir pour écarter ses adversaires du Collectif « Sauvons le Togo » qui troublent le sommeil du Prince de la République. Et sa résurrection à l’approche de la présidentielle de 2015 cruciale pour la démocratie togolaise est loin d’être fortuite. Il s’agit de coincer les responsables du Cst et maintenir une épée de Damoclès sur leur tête ; toute chose qui devrait les empêcher de mener librement les activités politiques idoines en perspective de cette échéance capitale. Est particulièrement visé Jean-Pierre Fabre qui sera le porte-flambeau naturel de l’opposition au cours

de cette élection.

Dans le cadre du dialogue politique qui démarre aujourd’hui, la question des incendies devra s’inviter au débat. L’Alliance nationale pour le changement (Anc) dit avoir en tout cas soulevé le sujet devant le Premier ministre, et ce dernier a consigné cette doléance. Ce qui alimente l’espoir chez les inculpés de voir cette affaire réglée politiquement pour éviter les coulées d’adrénaline inutiles. Mais comme à son habitude, le pouvoir manœuvre, loin des yeux et des oreilles indiscrets, pour gruger l’opposition. Au demeurant, c’est l’accalmie politique enregistrée depuis la semaine écoulée qui risque de prendre un sérieux coup et céder la place à la tension. Et à quelques mois de la présidentielle, c’est assez risqué et préjudiciable à la paix sociale.

Tino Kossi

Liberté Togo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils