Affaires des incendies des marchés : des inculpations annulées et une libération confirmée


© togoactualite – S’achemine-t-on vers un non lieu dans le cadre de l’affaire des incendies des grands marchés du Togo ? En tout cas si on y pas pour le moment, cette affaire prend une nouvelle tournure avec la libération d’un des détenus et l’annulation de l’inculpation d’une personne « impliquée » dans cette affaire.
 
herve_sewonou


La justice togolaise dans le cadre de cette affaire a choisi la date du 10 mai 2016 pour rendre deux décisions importantes qui soulagera les familles des bénéficiaires. Tout d’abord, elle a annulé l’inculpation du journaliste et directeur de publication du quotidien Liberté Zeus Aziadouvo.
 
« Ce matin, l’un de mes avocats Me Attoh Messan m’a informé que mon inculpation dans l’affaire des incendies est annulée pour faute de preuve », a annoncé le journaliste sur les réseaux sociaux.
Selon le journaliste, il n’est pas le seul à bénéficier de cette mesure puisque dit-il Me Ameganvi, Dupuy, Mes Afangbédji, Adzaré et Ajavon, les trois principaux responsables du Collectif sauvons le Togo (CST), considérés comme les instigateurs des incendies ont aussi vu leur inculpation annulé.
 
Dans la même journée, c’est le tour d’un des inculpés dans le cadre de cette affaire, et détenu à la prison civile de Lomé, Hervé Senou qui a été libéré. Les raisons de sa libération n’ont pas été données. On s’attend à ce que d’autres libérations interviennent. Tout porte à croire qu’il bénéficie d’un non lieu. M. Senou était en prison quand sa femme est décédée. Toutes les démarches entreprises pour lui permettre d’avoir une liberté provisoire pour enterrer sa femme ont été vaines. Trois ans après l’affaire, et au moment où d’autres personnes à l’instar de Yakanou, ont perdu leur vie, la justice se permet de libérer certaines personnes détenues abusivement.
 
Selon nos informations, le juge d’instruction aurait clôturé le dossier et certains seront renvoyés aux assises.
Notons qu’en janvier 2013, en l’espace de 24 h d’intervalle, les deux plus grands marchés du Togo ont été consumés par des incendies d’ordre criminel. L’enquête diligentée par la gendarmerie nationale avait conclu à un mobile politique. Mohamed Loum, présenté comme le cerveau de l’incendie avait impliqué des responsables politiques. Il fera un revirement plus tard à la prison. Et depuis l’affaire n’a guère évolué sur le plan judiciaire. Récemment, justifiant son boycott de la fête nationale du Togo, Jean-Pierre Fabre, le président du principal parti de l’opposition avait exigé la libération de ces détenus.
 




 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils