Nigeria: Qui est la secte islamiste Boko Haram?

 

DECRYPTAGE – Eclairage sur cette organisation violente, dont les partisans veulent imposer la charia au Nigeria…

Noël sanglant au Nigeria. La secte islamiste Boko Haram a revendiqué le 25 décembre une série d’attentats à la bombe contre des églises, qui ont causé une quarantaine de morts et de nombreux blessés. L’année dernière à la même période, ce même groupe avait revendiqué des attentats qui avaient tué plus de 80 personnes.
La secte Boko Haram, dont le nom signifie en langue africaine haoussa que l’éducation occidentale est impure, a été créée en 2003 par Mohamed Yusuf. Elle a pour but l’instauration de la charia, la loi islamique, au Nigeria, un grand pays sub-saharien à la population également partagée entre musulmans et chrétiens.
Utilisation de la peur
Le groupe s’inspire du mouvement des talibans afghans: ses partisans, qui portent de longues barbes et des foulards rouges ou noirs, utilisent la peur pour imposer leur idéologie. Boko Haram a revendiqué des dizaines d’attentats et de fusillades dans son fief du nord du pays, notamment à Maiduguri, Kano et Sokoto.
Il serait par ailleurs responsable de la mort de plus de 250 personnes depuis juillet 2010, selon des organisations de défense des droits de l’homme.
Refus de la diversité religieuse
Boko Haram est sorti de l’anonymat en 2009, lorsqu’elle fomente une rébellion dans des Etats du nord du Nigeria. Plusieurs centaines de personnes meurent dans la répression de ces émeutes, dont le prédicateur de la secte Bokom Haram, Mohamed Yusuf.
Depuis lors, la secte a réussi à multiplier les attaques, jusque dans la capitale Abuja. Elle a notamment revendiqué le premier attentat suicide jamais commis au Nigeria, qui a fait 23 morts en août dernier devant le quartier général de l’Onu à Abuja.
Rapprochement avec Aqmi
Par ses violences spectaculaires et son message, la secte islamiste s’est peu à peu rapprochée des cellules terroristes du Sahel, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
En novembre dernier, le vice-ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel a d’ailleurs affirmé qu’il avait la preuve, à partir de rapports de services de renseignement, que la secte islamiste nigériane coordonne ses opérations avec le réseau Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi).
«Nous avons acquis la certitude qu’il y a coordination entre Boko Haram et Al-Qaïda», déclarait alors ce responsable algérien. «La façon dont les deux organisations opèrent et les rapports des services de renseignement montrent qu’il y a bien coopération».
Multiplication des attaques
Si la dernière série d’attentats a suscité l’indignation de la communauté internationale, Boko Haram a promis de réitérer ces attaques «dans les prochains jours».
«Nous continuerons à lancer de telles attaques dans le nord du pays dans les prochains jours», a déclaré au téléphone à l’AFP un porte-parole du groupe islamiste, Abul Qaqa.
source : Anne-Laëtitia Béraud avec Reuters via 20minutes.fr