Le gangstérisme, ça s’assume !



« Aimez qu’on vous conseille et non qu’on vous loue ! » (Boileau)
 
Comme ici les autorités ont délibérément fait le choix du gangstérisme d’Etat, et de tout ce qui s’apparente à des comportements peu recommandables et, ô combien regrettables, et ce, dans un environnement où d’autres s’efforcent à la fierté de leurs nations respectives, elles devraient s’assumer et aller jusqu’au bout de leurs choix. Le choix du ridicule, du manque de respect de soi. Pourquoi ce communiqué du gouvernement en date du 20 février par lequel le Pouvoir cherche à se blanchir ? Un communiqué du reste plat ou creux, à mille lieues de convaincre.
Les Togolais que nous sommes, accoutumés aux mensonges sans vergogne des autorités, ne sommes guère surpris du contenu du communiqué. Personne ne devrait être surpris, si la CNDH démentait avoir transmis un bordereau en date du 17 février 2012 paraphé et signé par son Président. Signalons au passage que dans les normes, le rapport devrait être paraphé et signé du président et du rapporteur et non uniquement du président de la CNDH. Les menaces ont été réelles, sinon comment explique-t-on que Koffi Kounté se soit mis en sécurité ?
« Le gouvernement dément catégoriquement ces allégations de menaces ». Ces propos contenus dans ledit communiqué, ressemblent à du déjà entendu et du déjà vu dans un pays où, mentir d’une manière éhontée, même pris la main dans le sac, fait partie intégrante de la ligne politique du RPT. « Et c’est ce rapport qu’il (gouvernement) a rendu public le 18 février 2012 en toute transparence », poursuit le communiqué. Le régime RPT a-t-il jamais agi en toute transparence ?
Selon les informations obtenues hier, une rencontre aurait été organisée dans la journée par le Pouvoir avec les membres de la CNDH, rencontre qui s’inscrivait dans la droite ligne de la promesse du gouvernement de « faire la lumière sur cette publication de deux rapports différents ». On a appris que le pouvoir aurait misé sur des membres véreux et corruptibles pour rejeter le rapport dit original comme n’étant pas le vrai rapport de la CNDH. Cela n’étonne personne. Quand on s’aventure dans une voie, il faut l’assumer.
Une anecdote pour appuyer le travestissement des fais au Togo. Lors du dernier spectacle King Mensah, sept chiens policiers avaient été vus au stade. Un monsieur, à la vue de ces compagnons de l’homme que trainaient des policiers, a fait cette réflexion amusante : « Pauvres chiens ! Vous seriez restés chez vous en Europe, que vous garderiez votre sens de l’honnêteté. Dans cette merde, c’est le mensonge qui vous sera enseigné et rien de mieux ».
A défaut de conseiller nos autorités dans le sens du bien, nous leur conseillons plutôt d’assumer leur statut de gangsters dont elles semblent se satisfaire. Autrement, il y a longtemps qu’elles auraient pris exemple sur le Ghana, le Bénin, le Burkina-Faso, le Niger, etc.
Alain SIMOUBA
liberte-togo.com