Politique : Kofi Yamgnane de retour au Togo, face à la presse ce jeudi à Lomé



De retour au Togo depuis début septembre, Kofi Yamagnane était face aux professionnels des médias ce jeudi, rencontre au cours de laquelle l’homme politique a abordé plusieurs sujets notamment la régularisation de sa pièce d’identité et l’actualité politique, a constaté l’Agence Savoir news.
Le président de Sursaut-Togo avait vu sa candidature rejetée pour la présidentielle de mars 2010, en raison de deux dates de naissance sur ses papiers.
M.Yamagnane a expliqué en détails aux journalistes, toutes les démarches menées en vue de régulariser sa situation, affirmant avoir pris une semaine (avec des aller-retour entre Bassar-Lomé).
Après avoir pris environ 30 minutes pour exposer toutes les « tracasseries » subies, M.Yamgnane a abordé l’actualité politique brûlante notamment les manifestations de l’opposition et des dispositions relatives à l’accord intervenu lors du dernier dialogue dont la limitation du mandat du président de la République et le mode de scrutin.
S’agissant des manifestations de rue, le président de Sursaut-Togo a fustigé le comportement de certains leaders : « on ne peut pas continuer à marcher indéfiniment pour le même objectif ».
« Je me bats pour que les élections soient aussi transparentes et que le mode de scrutin soit connu de tout le monde. Et cela ne se décide pas dans la rue, mais plutôt à l’Assemblée nationale », a souligné M.Yamgnane.
« Nous avons une opposition à l’Assemblée nationale. Est-ce qu’elle a fait une seule proposition de loi soit sur le mode de scrutin, soit sur la limitation de mandat ? Ce n’est pas dans la rue, que ces choses se décident. Ce sont les syndicats qui défilent dans la rue », a-t-il martelé.
Le président de Sursaut-Togo s’est dit « fatigué des dialogues sans résultats et sans suites, car nous avons à faire à des gens de mauvaise foi ».
Abordant la question relative à l’alternance, M.Yamgnane a affirmé qu’il faut absolument l’alternance au Togo, pour cela, « il faut la limitation de mandat, avec effet immédiat ».
« Si nous voulons que ce pays progresse, il faut l’alternance, c’est une nécessité », a-t-il précisé. Les prochaines élections présidentielles sont prévues pour 2015.
Pour l’instant, les togolais se préparent à aller aux élections législatives. Mais aucune date n’a encore été fixée pour la tenue de scrutin. FIN
Edem Etonm EKUE
savoirnews