L’Angola et le Soudan se neutralisent (2 – 2)

Lors de la première rencontre de la deuxième journée du groupe B de la CAN 2012, ce jeudi 26 janvier 2012, le match Soudan-Angola n’a pas attiré la foule dans le nouveau Stade de Malabo. Malgré la faible affluence, les 22 acteurs ont livré une belle prestation et partagés les points (2-2). Les Angolais restent en course pour la qualification contrairement aux Soudanais.
Aucun round d’observation dans cette partie. D’entrée, à la première minute, les Crocodiles du Nil, par Muthader, tentent de surprendre la défense des Palancas Negras. Mais le Soudanais bien lancé est trop court pour frapper.
L’Angola frappe d’entrée
Cinq minutes plus tard, c’est au tour des Angolais. Manucho récupère le ballon dans les pieds d’Abdalla Abdelgabar et s’en va seul placer une frappe croisée qui se loge dans le petit filet gauche du but de Mohamed (5e). Sur sa première occasion l’Angola fait mouche. Dès ces premières minutes, la vitesse et la technique des Angolais font merveille face à des Soudanais athlétiques, mais manquant cruellement de culture tactique.
Il faut attendre la 18e minute pour voir la première frappe dangereuse du Soudan qui oblige Wilson, le gardien angolais, a réaliser une parade des deux poings.
Les minutes s’égrènent sur un faux rythme quand Mudather déborde sur l’aile droite et place un très bon centre pour Bashir qui, d’une tête décroisée, ne laisse aucune chance au gardien Wilson. A la 33e minute, le Soudan revient à la marque.
Les Crocodiles du Nil ont de la ressource
Après le repos, les Palancas Negras semblent retrouver du poil de la bête. Djalma crocheté dans la surface adverse obtient un pénalty. Manucho le transforme ( 49e) et prend la tête du classement des buteurs avec trois unités. L’Angola, avec ce deuxième but marqué, se rassure et parvient enfin à développer son jeu, fait d’actions rapides. Mais la défense soudanaise est bien en placé. Mohamed Abdallah, le sélectionneur des Crocodiles du Nil vient de recadrer ses joueurs.
Le sélectionneur soudanais, Mohamed Mazda, procède à un changement avec l’entrée en jeu de Badr Eldin à la place de Hitham. Une option offensive supplémentaire pour tenter de revenir au score. Coaching payant puisque les Crocodiles trouveront les ressources nécessaires pour égaliser par Bashir (74e) qui profite d’une erreur de la défense angolaise pour tromper Wilson.
Les Soudanais galvanisés par leur égalisation vont dominer la fin de match. Un temps additionnel de quatre minutes est accordé par l’arbitre, mais rien ne changera au résultat final. L’Angola, avec quatre points au compteur, vogue vers les quarts de finale, tandis que le Soudan voit l’espoir d’une qualification s’éloignée.
RFI