Ahoomey-Zunu donne le ton des discussions sur les réformes : ANC, Arc-en-ciel et UFC reçues


ahoumey_anc1

©   togoactualite |  Les partis parlementaires ont commencé par défiler, comme annoncé à partir de ce matin, à la Primature. C’est dans le cadre du dialogue sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles. Ces discussions qui ont été annoncées après les échanges de correspondances et suivi de rencontre entre le Président de la République FAURE Gnassingbé et le chef de file de l’opposition le 05 mars dernier.

Le premier parti à être reçu ce matin est l’ANC de Jean-Pierre Fabre. La délégation n’est pas dirigée par ce dernier mais au contraire Patrick LAWSON qui était en tête de la délégation des « Oranges ». On notait également la présence de Georges Lawson et de Noubourema Bemba.

M. Patrick Lawson s’est dit satisfaite des discussions qui se poursuivront. « Il y a une volonté de pourvoir vidé ce qui est resté en suspens jusqu’à présent à savoir le contenu de l’accord politique global qui n’a pas été traité. Nous avons toujours recherché l’assainissement de l’environnement politique qui permet de mener des discussions claires et qui permet d’aboutir à des résultats probants », a-t-il confié à la presse.

ahoumey_anc3

A la suite de l’ANC, c’est le tour de la Coalition Arc-en-ciel d’échanger avec M. Ahoomey-Zunu. La délégation de la deuxième force de l’opposition togolaise comprenait Me Paul Apevon Dodji , Kagbara Bassabi, Dr William Kuéssan, Antoine Foli, Jean Kissi.

« Les discussions ont porté sur les réformes qui sont un boulet que nous trainons depuis des années dans ce pays. Le premier ministre a voulu écouter notre position sur le sujet. S’agissant des réformes nous avons entendu le chef de l’Etat dire que ces réformes doivent se faire à l’Assemblée, nous avons réagi en disant que depuis l’APG nous sommes entendus au niveau de la classe politique que ces réformes doivent être discutées dans un cadre qui puissent permettre un consensus et lors que le consensus est dégagé en ce moment là on peut aller à l’assemblée pour aller faire le débat parce qu’à l’Assemblée c’est la loi de la majorité », a pour sa part confié Me Apevon.

ahoumey_anc2

Pour clôturer les discussions de ce jour, le premier ministre a échangé avec l’UFC de Gilchrist Olympio. Composée du Secrétaire général du Dr Pierre Sambiani Jimongou et du conseiller spécial de président national du parti et vice-président de la CENI M. Homawoo.

« Au nom de l’UFC nous avons dit au premier ministre que l’UFC au nom du réalisme et le pragmatisme qui la caractérise aujourd’hui pense que les réformes sont très importantes et doivent être faites assez rapidement et pour ce faire l’UFC ne veut plus se retrouver dans des prétendus cadres de dialogue où on va perdre du temps à décider du sexe des anges ».

Les discussions se poursuivent demain avec les autres partis parlementaires à savoir l’ADDI et l’UNIR.

Notons que le Togo n’est pas à sa première discussion sur les réformes. Uniquement sous la seconde mandature de Faure Gnassingbé on a eu des dialogues au sein du CPDC, le CPDC élargit, CPDC rénové, dialogue de Togotélécom. Toutes ces rencontres ont échoué. Souhaitons que l’actuel puisse aboutir tel est le vœu des acteurs à l’issue de cette première journée d’échange. Ces réformes, disons le, divise la classe politique. Pour certains, elles doivent être faites au sein de l’Assemblée nationale alors que pour d’autre, c’est après consensus que l’Assemblée se prononcera. Le chef de l’Etat lui-même avait déjà tranché le sujet en disant que les réformes doivent se faire au parlement.

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *