Akila Esso Boko a-t-il eu peur de Gilbert Bawara au point d’annuler son débat sur radio Kanal K ?

0
439

Le débat radiodiffusé entre le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Gilbert Bawara et l’ancien ministre de l’Intérieur (2002-2005), François Akila Esso Boko, prévu pour avoir lieu ce samedi 15 février 2020 sur radio Kanal K, depuis la Suisse n’a pas finalement eu lieu. Selon les informations à la disposition de l’Agence de presse AfreePress, ce débat a été annulé sur demande de l’ancien ministre de l’intérieur, en exil en France depuis 15 ans.

Dans une mise au point publiée par la rédaction de cette radio, que les deux personnalités devraient débattre sur les conditions de transparence de l’élection du 22 février prochain au Togo. « C’est avec regret que nous livrons cette information, car toute la rédaction était mobilisée pour ce faire. M. François Akila Esso Boko a, au dernier moment decliné notre invitation pour une raison d’ordre technique qui, en temps normal, relevait strictement du ressort de la rédaction. Nous ne pouvons passer sous silence la déception de notre rédaction et présentons nos excuses à M. Bawara et surtout à vous, nos auditrices et auditeurs. Enfin, nous voudrions réaffirmer une fois encore ici notre attachement à la liberté éditoriale, organisationnelle et de la programmation dont jouit un média digne de ce nom », indique cette radio dans son communiqué.

M. François Akila Esso Boko s’est-il défilé face au ministre Bawara ? N’avait-il pas assez d’arguments à opposer à son interlocuteur ou tout simplement a-t-il craint de ne pouvoir pas faire le poids ? Les arguments vont bon train sur les réseaux sociaux et les plateformes pour expliquer cette situation chacun allant de son commentaire.

Cependant, l’intéressé dans un messagge posté quelques heures après cette annulation, sur son compte Twitter a tenu à donner les raisons qui l’ont amené à prendre cette décision à quelques minutes seuelment du début de l’émission. Selon M. Boko, la décision découle du fait que la radio ait décidé de faire l’émission en différé en non en direct avec des risques de manipulation que cela comporte. « La manipulation, s’il devait y avoir, pouvait concerné les deux invités. Nous avons de tout temps l’habitude d’enregistrer des émissions et cela n’a jamais posé de problème», a déploré le ministre togolais de la Fonction Publique.

A.Y.

source : afreepress

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

7 + 1 =