Alberto Olympio, l’homme annonce la phase 2 de la lutte pour la libération du Togo


Persécuté par ses anciens partenaires de Cauris Management devant la justice togolaise, Alberto Olympio, président du Parti des togolais a réagi la semaine dernière sur le procès au cours duquel cinq (5) ans de prison ont été requis contre lui. Basé provisoirement à Dakar, M. Olympio indique qu’il prépare la phase 2 de la lutte pour la libération du Togo. 2015, je ne vous l’ai jamais caché, était la dernière occasion pour la politique politicienne d’obtenir l’alternance.
 
alberto_olympio600


Après le fiasco de la présidentielle, non fiable mais consensuelle, il fallait apporter autre chose. Vous trouverez les lignes de cette nouvelle approche dans « Le pouvoir c’est vous » qui est une forme de manifeste de résistance.
 
Qu’est-ce qui justifie l’absence du Président du parti des togolais au Tribunal de Lomé à l’ouverture du procès dans lequel il est mis en cause par ses anciens partenaires d’affaires ? Alberto Olympio ne participe jamais aux farces, même quand on tente de lui faire jouer le premier rôle. C’est en termes que l’ancien collaborateur de Bill Gates explique son absence.
 
« Dans n’importe quel état de droit ou pays normal, l’audience des 16 et 31 Août 2016 n’aurait jamais eu lieu. Des anomalies ont été constatées dans la gestion de l’instruction qui me concernait. Nous avons demandé des explications, et obtenu pour seule réponse la fixation d’une date de procès », a-t-il indiqué à Eben Radio.
 
Rejetant la thèse selon laquelle il a peur de la Prison, Alberto Olympio a expliqué qu’il s’était présenté plus de trois devant le juge d’instruction et était reparti libre sans être inquiété parce que le dossier d’accusation était incohérent.
 
Pour lui, son seul différend avec le PDG de Cauris était que ce dernier n’était pas d’accord avec son choix d’entrer en politique. Le patron de Cauris aurait menacé en ce temps-là de retirer ses fonds de la structure.
 
« Le différend en lui-même est commercial, la cause du différend purement politique. Ne nous voilons pas la face », indique Alberto Olympio qui explique : « A l’annonce de mon entrée en politique Noël Eklou a paniqué, allez savoir pourquoi. Il m’a dit littéralement Alberto, tu es fou, te présenter aux élections présidentielles ? Ils vont tout faire pour détruire la société. Tu aurais dû me dire avant que tu allais faire de la politique ».
 
Sur un plan purement politique, Alberto Olympio salue le courage de ses militants. « Le pouvoir c’est le peuple qui le détient. Cette lutte nous la mènerons à son bout, et nous la financerons jusqu’au bout, c’est un engagement personnel que je prends devant vous », dit-il.
 
M. Olympio le dit à qui veut l’entendre, il ne rentre jamais dans une bataille pour la perdre.
 
« Je ne déclare jamais forfait non plus. Par contre je ne me laisse pas enfermer facilement dans des pièges. Cette affaire a été beaucoup trop loin, les togolais ont été trop habitués à voir des politiques « subir » la loi d’une justice partiale. Je me battrai jusqu’au bout pour inverser la loi du pot de terre contre le pot de fer », conclut-il dans l’entretien.
 
source : Togo Breaking News