Amélioration du climat des affaires : 10.816 nouvelles entreprises créées en 2015 au Togo

Environ 10.816 nouvelles entreprises ont été créées en 2015 au Togo, a indiqué la ministre du commerce, de l’industrie, de la promotion du secteur privé et du tourisme Mme Bernadette Legzim-Balouki, mettant cette performance à l’actif des efforts fournis ces dernières années pour améliorer le climat des affaires dans le pays.

 
legzim_balouki

En 2012, 4.330 entreprises avaient été créées, soit une progression de 150% en moins de 4 ans.

 

Ces entreprises nouvellement créées en 2015 sont réparties par secteur d’activités : 7.656 dans le secteur du commerce, 3.063 dans le secteur des services et 97 dans le secteur de l’industrie.

 

Précisons que le Togo a enregistré en 2015 trois réformes sur les indicateurs création d’entreprise, accès à l’électricité et commerce transfrontalier, souligne le document. Le pays a facilité la création d’entreprise, en réduisant les coûts de création par la suppression de la redevance perçue par l’Office Togolaise des Recettes (OTR).

 

Le Togo a aussi réduit la durée et le nombre de procédures nécessaires pour accéder à l’électricité, notamment par la création d’un guichet unique permettant de regrouper tous les paiements en un seul.

 

Selon Mme Bernadette Legzim-Balouki, les différentes mesures prises par le gouvernement en matière de création d’entreprises ont porté leurs fruits.

 

Entre autres mesures : la réduction du capital minimum d’une Société à responsabilité limitée (SARL) d’un million à 100.000 F.CFA, la possibilité de créer une Société à responsabilité limitée (SARL) par acte sous seing privé, c’est-à-dire sans recours au notaire avec un gain de plus de 500.000 F.CFA.
« Les coûts de formalisation d’entreprises sont passés de 248.000 à 29.250 F.CFA, soit une baisse de près de 750%. Les procédures sont passées de 11 à 3 actuellement », a-t-elle souligné.

 

« En termes de délais, on note une réduction sensible de près de 90 jours. Ainsi, la durée totale de formalisation d’entreprise au Togo est désormais de 24 heures au maximum », a-t-elle ajouté.

 

Les réformes ont également porté, a poursuivi la ministre, sur l’amélioration des procédures et les coûts de transfert de propriété, notamment la réduction du délai moyen d’enregistrement des actes de transfert de propriété à 24 heures après le paiement des droits relatifs, la réduction du délai moyen de transfert de propriété à 40 jours .

 

« Par ailleurs, la mise en place et l’opérationnalisation effective du Guichet Unique pour le commerce extérieur du Togo vient optimiser et automatiser les activités portuaires, terrestres et aéroportuaires à travers un point d’entrée unique. Les résultats sont notamment : la fusion des différents frais permettant un paiement unique à travers le Document de frais unique, la dématérialisation des pièces relatives à plus de 50% des procédures dont le bordereau de suivi des cargaisons directement relié à SYDONIA et accessible au Commissariat des douanes, la suppression de l’exigence de la liste de colisage. Ces mesures ont entraîné la réduction du temps de passage à une moyenne de plus de 15 jours », a longuement expliqué Mme Legzim-Balouki.

 

Ces performances ont permis au Togo de gagner deux places dans le rapport « Doing Business 2016 », passant de la 152e à la 150e place sur 189 économies engagées dans le classement, selon le rapport publié en octobre dernier par le Groupe Banque mondiale.

 

Le Togo a enregistré en 2015, trois réformes sur les indicateurs : création d’entreprise, accès à l’électricité et commerce transfrontalier.

 

Rappelons que dans le rapport/2015, le Togo avait gagné huit places. Le Togo faisait partie des 10 meilleurs « pays réformateurs » qui ont mis en œuvre un total de 40 réformes facilitant la pratique des affaires.

 

Parmi ces dix pays, figuraient cinq pays d’Afrique francophone (Bénin, la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo, le Sénégal et le Togo).

 

Précisons que « Doing Business » est l’une des publications phares du Groupe de la Banque mondiale qui analyse les réglementations des affaires qui s’appliquent aux entreprises au cours de leur cycle de vie, y compris les phases de création, d’expansion et de clôture.

 

« Doing Business » ne mesure pas tous les aspects de l’environnement réglementaire qui sont importants pour les entreprises et les investisseurs.

 

Une délégation de « Doing Business » est même attendue ce lundi à Lomé, afin d’évaluer les avancées enregistrées par le Togo. FIN

 

Junior AUREL>

 
source : savoir news
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils