ANC-ADDI DISENT NON AU PARTAGE DES COLLECTIVITES LOCALES : Le Togo n’est pas un gâteau à partager


cst_agoe_jpf

L’Alliance Nationale pour le Changement (Anc) et ses alliés regroupés au sein du Collectif sauvons le Togo (Cst) ont opposé une fin de non recevoir à la proposition de cogestion des communes et préfectures faite par le ministre de l’Administration Territoriale, Gilbert Bawara lors de la rencontre de concertation avec les partis politiques au sujet des élections locales.

Pour les responsables du Cst la proposition de Gilbert Bawara est une supercherie qui privera les populations de leur droit légitime d’élire leurs représentants locaux. Seules les élections locales permettront de mettre fin aux délégations spéciales qui n’ont que trop duré.

Selon le président de l’Anc « Le Togo n’est pas un gâteau à partager, les Togolais doivent se prononcer par les urnes. Comment peut on comprendre une démarche aussi saugrenue du gouvernement qui avait programmé cette année même le couplage des locales avec les législatives ?», se demande Jean Pierre Fabre qui n’a pas manqué de dénoncer l’attitude de Gilbert Bawara qui voulait faire croire à l’opinion que l’Anc et Addi auraient acceptées le principe de partage des communes, des préfectures et des municipalités, en lieu et place des élections locales.« C’est une contre vérité et ça fait mal d’entendre d’aussi grossiers mensonges du ministre », a déclaré Jean-Pierre Fabre qui estime que Gilbert Bawara n’est qu’un manipulateur, un diviseur qui a voulu semer la confusion dans l’opinion.

Lentement mais surement le gouvernement confirme sa volonté à mettre sous éteignoir l’organisation des élections locales au Togo. En début de semaine dernière, une délégation du gouvernement conduit par le ministre de l’Administration Territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales Gilbert Badibawena Bawara a rencontré les responsables des partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale. Au cours de ces rencontres tenues séparément avec les partis politiques, Gilbert Bawara a informé ses interlocuteurs de l’incapacité du gouvernement à organiser les élections locales pour manque de moyens financiers et d’infrastructures pouvant abriter les nouveaux élus. En claire à court terme il n’y a aucun programme d’organisation des élections locales au Togo.

C’est sans compter avec la détermination de l’opposition, notamment le Cst qui préconise la mobilisation populaire pour exiger des élections locales justes, transparentes et crédibles afin de rétablir les citoyens dans leurs droits constitutionnels.

Conscient de son impopularité le régime Rpt-Unir redouterait-il les élections locales pour en arriver à la proposition de cogestion des collectivités locales ? Rien n’est moins sur sinon comment comprendre que depuis des décennies le Togo n’a daigné organiser les dites élections locales ?

Pour certains observateurs, Faure Gnassingbé entend maintenir les délégations spéciales pour assurer sa réélection par la triche à la présidentielle de 2015. Selon certaines indiscrétions il n’y aura pas d’élections locales avant 2015 au Togo.

 

Robert Avotor.

 

ActuExpress N° 275 du 17 décembre 2013

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *