Assassinat des envoyés spéciaux de RFI : Bayes Ag Bakabo, suspect numéro 1


Minusma-et- MNLA
Des membres de la Minusma et du MNLA inspectent le véhicule emprunté par Ghislaine Dupont et Claude Verlon, avant leur enlèvement à Kidal, samedi 2 novembre.
REUTERS/Stringer

L’identité de l’homme qui aurait planifié le rapt de Ghislaine Dupont et Claude Verlon a été révélée : il s’appelle Bayes Ag Bakabo, selon des sources sécuritaires maliennes et régionales. C’est une avancée importante dans l’enquête sur l’enlèvement et l’assassinat des journalistes de RFI, samedi dernier, à une douzaine de kilomètres de Kidal, dans le nord du Mali.

Selon les informations de RFI, Bayes Ag Bakabo serait lié à al-Ansar, une importante katiba d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette brigade, dirigée Abdelkrim Targui, aurait contribué à la libération des quatre otages français d’Arlit, la semaine dernière.

→ A (RE)LIRE : Ex-otages d’Arlit: les dessous d’une libération

C’est cette katiba qui détiendrait toujours Serge Lazarevic, enlevé en septembre 2011 au Mali. Bayes Ag Bakabo lui aurait notamment procuré des véhicules, volés à l’armée et l’administration malienne. C’est lui qui, selon des sources sécuritaires maliennes et régionales citées par l’AFP, aurait planifié l’enlèvement de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

→ A (RE)LIRE : Assassinat des envoyés spéciaux de RFI: nouvelle avancée dans l’enquête

Désormais suspect numéro 1, ce touareg serait aussi passé par le MNLA, affirme l’AFP. Une information démentie par Ambeiry Ag Ghissa. Le chef du MNLA à Kidal, dernière personne que nos deux confrères ont interviewée, affirme n’avoir jamais vu Bayes Ag Bakabo et n’avoir aucun lien avec lui. Il admet néanmoins faire partie de la même tribu que lui. Une tribu qui compte quelque 3 000 membres, précise-t-il.

Mais Bayes Ag Bakabo est surtout le propriétaire du pick-up qui a servi, samedi, à l’enlèvement de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Un Toyota beige, retrouvé abandonné à une douzaine de kilomètres de Kidal, à quelques mètres des corps de nos collègues. A son bord, des documents et des numéros de téléphone qui auraient été décisifs pour les enquêteurs.

 
source : RFI
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *