Au nom des chapelles, la C14 a vécu

0
33


On leur reconnaît le mérite d’avoir tenu pendant dixhuit mois le pari d’unicité d’actions au sein de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition (C14).

Les principaux leaders de l’opposition ont réussi à faire trembler le régime durant plusieurs mois. Et il aurait fallu seulement taire un peu les égos et les calculs trop partisans pour réussir le grand défi qui manque à l’opposition depuis le début du processus de démocratisation.

De suspension au retrait en cascade de ses composantes dont l’ANC,
la C14 a aussi vécu. De 14 partis au départ, il ne reste que 7 officiellement aujourd’hui en l’occurrence FDR, CDPA, PSR, DSA, UDS-Togo, ADDI et Les Démocrates. Des divergences, il y en a eu depuis septembre 2017.

Chacun prêchant pour sa chapelle, privilégie ses intérêts particuliers. Pour le boycott des élections législatives du 20 décembre 2018, ce n’était pas l’unanimité au sein du groupe.

Sous pression de la masse surtout celle de la diaspora, la mort dans l’âme, certaines composantes clés de ce regroupement politique de l’opposition ont dû ronger leur frein. Mais au lendemain des dernières manifestations du 26 janvier 2019 qui ont peu mobilisé, certains ont sorti leur ruse habituelle pour se mettre à l’écart.

C’est ainsi que le CAR qui était contre toute élection sans les réformes se retrouve à la CENI sans informer les autres. Il en est de même pour l’ADDI qui bien qu’étant toujours dans le groupe n’a pas daigné informer les autres de sa décision de candidater à la CENI. Le parti DSA de John Targone Sambiri aussi.

La question de la CENI et la rencontre avec Faure Gnassingbé presque forcée par certains membres de la C14 ont fini par faire éclater le groupe.

L’insincérité, la ruse et le choix trop prononcé pour les intérêts partisans continuent de plomber la noble lutte pour la libération du Togo.

Vivement que les vrais patriotes se remobilisent pour rependre l’aventure. La masse populaire doit aussi cesser d’attendre tout des leaders politiques. Elle peut aussi donner la direction à suivre pour qu’enfin le Togo franchisse le saut utile pour atteindre Canaan. Quant à la C14, elle aura simplement vécu.

 
Honoré ADONTUI
 
source : Le Correcteur
 

Laisser un commentaire