Dans un article intitulé Boulevard des armées” ou “boulevard de la mort”?, Courrier d’Afrique attirait l’attention des pouvoirs publics sur l’état accidentogène de ce tronçon qui relie le rond-point du collège Protestant de Tokoin à Ramco. Quatre mois après, rien n’a bougé. Et un peu dans le dossier du tronçon Lomé-Vogan-Anfoin, le ministre des Infrastructures et des Transports donne des explications qui ne convainquent pas.
C’est en 2016 que les travaux de réhabilitation du Boulevard des Armées (Tokoin Ramco/2km) ont été confiés à l’entreprise CECO BTP. Mais depuis, le chantier est à l’arrêt. Malgré l’abandon des travaux, la voie est ouverte à la circulation. Bonjour les accidents ! Que d’embouteillages ! Que de gymnastiques pour se frayer un chemin !
A en croire nos confrères de republicoftogo.com, l’entreprise de TP attributaire du marché – CECO – a été révoquée. « CECO BTP en charge les travaux est devenu défaillante. Nous avons résilié le contrat, on a attribué les travaux à une autre entreprise qui va les achever proprement. Mais nous ne sommes qu’à la phase du processus de sélection car c’est un bailleur qui finance la réfection de la route. Il y a donc tout un processus à suivre », a indiqué Nisao Gnofam, le ministre des Infrastructures et des Transports cité par nos confrères qui précisent que les travaux devraient reprendre d’ici 2 ou 3 mois, selon les proches du dossier.
En quoi l’entreprise CECO BTP est-elle « défaillante » ? Les explications du ministre Gnofam sont simplement légères. Lui qui avait déjà donné des explications presque similaires dans le dossier du tronçon Lomé-Vogan-Anfoin où les 26 milliards de francs CFA alloués pour les travaux, avaient plutôt servi à la même entreprise à s’équiper de matériel.
Source : courrierdafrique.net
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 3 = 1