Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous avons gagné des batailles, mais pas encore la guerre »

0
210


Les responsables de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition tiennent vraiment à ce que toutes recommandations prescrites par la CEDEAO soient mises en œuvre dans les moindres détails, avant l’organisation d’une quelconque élection au Togo. Ce week-end, lors de l’installation officiel du bureau du Conseil national de la jeunesse socialiste de la CDPA, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14, a encore réitéré cette position de son regroupement politique.

« Nous avons gagné des batailles, mais pas encore la guerre. Nous avons aujourd’hui des recommandations de la CEDEAO qui, même en n’étant pas totalement conforme à ce que nous voulons, nous permettront de nous mettre sur la voie de l’alternance tant recherchée au Togo », a lancé la Secrétaire Générale de la CDPA.

Et de poursuivre : « Dans le même temps, nous observons que le régime cinquantenaire auquel nous avons affaire, tente à nouveau de tout faire pour maintenir le statu quo, il veut faire comme s’il avait le contrôle, la maitrise du processus qui se déroule en ce moment, et il fait prendre des initiatives. D’abord, c’est avant même la fin du sommet du 31 juillet, que nous avons observé un premier couac. On nous vend une version trafiquée comme étant une version authentique du communiqué final de la CEDEAO.
Ensuite, on est complaisant avec des profanations et des incendies des Mosquées qui tendent à masquer la lutte que nous menons, et à faire croire qu’il s’agit d’une lutte religieuse. Ce qui n’est pas du tout vrai. On voit qu’une CENI qui fait partie du problème se targue de pouvoir reprendre le processus électoral et de continuer à préparer des élections frauduleuses comme par le passé. Sur cet élan-là, selon les informations, on s’apprête à passer à la vitesse supérieure ».
Selon Mme Brigitte Adjamagbo Johnson, ni les responsables de la Coalition des 14, ni le peuple togolais en lutte ne se laisseront pas « distraire » par ces manœuvres « provocatrices » dont fait montre le régime cinquantenaire à travers sa CENI frauduleuse.

« Nous ne nous laisserons pas distraire. Et nous disons attention, qu’on ne se mette pas au travers de notre chemin. Sinon, les Togolais veulent un changement pacifique et c’est pour cela que nous acceptons de nous suivre le processus que la CEDEAO nous sommet. Mais le jour où nous allons constater que cela nous mène à autre chose que le Changement, ça va être un ouragan que personne ne pourra contenir », a-t-elle prévenu.

Cette semaine, des émissaires des Facilitateurs seront à Lomé pour peaufiner les derniers réglages pour la mise en œuvre effective des recommandations de la CEDEAO.
Godfrey Akpa
 
icilome
 

Laisser un commentaire