Brigitte Adjamagbo-Johnson répond à l’Allemagne : « c’est une injure inacceptable »

0
682

Brigitte-Adjamagbo-johnson-ceni


Lors de la visite au Togo de Günter Nooke, le représentant personnel de la Chancelière allemande, Angela Merkel pour l’Afrique, l’ambassadeur de la République d’Allemagne au Togo, Dr Volker Berresheim a, au cours d’un dîner qu’il a offert à son compatriote, affirmé que le Togo est un exemple en Afrique en matière de paix, de démocratisation et de développement.
 
Cette position de l’Allemagne au Togo, contrairement au silence observé par l’opposition togolaise depuis la déclaration, fait grincer les dents au Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015). Intervenant ce vendredi sur la radio Nana FM, Brigitte Adjamagbo-Johnson, la présidente de cette coalition de partis de l’opposition, arrivée 2ème du scrutin présidentiel du 25 avril 2015, selon les résultats définitifs proclamés par la Cour constitutionnelle, a estimé que c’est une « injure inacceptable ».
 
« La diaspora togolaise en Allemagne est furieuse de la déclaration qui a été faite récemment par l’ambassadeur de ce pays au Togo. Des actions ont été menées ce jeudi en Allemagne pour faire comprendre aux autorités allemandes que si c’était leur position, c’est inacceptable que l’Allemagne puisse penser que notre Togo qui est si malade et dans lequel les citoyens souffrent tant, qu’on puisse nous dire qu’il n’y a pas mieux sur le continent africain. C’est vraiment inacceptable ! Des actions vont continuer dans ce sens pour éviter qu’on se moque de nous impunément », a indiqué Mme Adjamagbo-Johnson.
 
Le CAP 2015 persiste et signe, l’élection présidentielle d’avril dernier n’a pas été remportée par Faure Gnassingbé, elle l’a plutôt été par Jean-Pierre Fabre. A en croire la présidente du CAP 2015, contrairement à l’idée selon laquelle la contestation des résultats officiels du scrutin présidentiel a faibli, « plusieurs stratégies » sont en cours de compilation pour permettre à la coalition de prouver aux yeux du monde que les résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont « faux », a-t-elle relevé.
 
« Ce n’est pas parce qu’on ne nous voit pas organiser des marches qu’on va dire que la contestation est en train de faiblir », a-t-elle précisé.
 
Brigitte Adjamagbo-Johnson s’est également prononcé sur la Conférence internationale de l’Union africaine (UA) sur la sécurité maritime et le développement que va abriter le Togo du 2 au 7 novembre prochains. Pour elle, le pouvoir veut passer par la question « sérieuse » de la sécurité maritime pour faire une « opération de charme ».
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

77 − = 70