Accueil INTERNATIONAL AFRIQUE Burkina Faso: le président «pris en otage» par des militaires

Burkina Faso: le président «pris en otage» par des militaires

- Advertisement -

pr_pm_faso


Des militaires du RSP, la garde présidentielle burkinabè, ont fait irruption lors du conseil des ministres qui se tenait ce mercredi au palais présidentiel, à Ouagadougou. Le président de transition, Michel Kafando, et le Premier ministre Isaac Zida, sont retenus de force par ces militaires, qui se sont retranchés dans le palais présidentiel. Le Balai citoyen apelle la population à descendre dans la rue pour « défendre Kosyam ».
 

• Le Chef de l’Etat Michel Kafando et le Premier ministre Isaac Zida sont retenus de force par des militaires du RSP, la garde présidentielle burkinabè.

•  Le président du Conseil national de transition juge que « la nation est en danger ».

• Le Balai citoyen appelle à la mobilisation dans la rue.

 
■ Situation confuse au palais présidentiel
 
La situation est encore confuse, au palais de Kosyam, le siège de la présidence à Ouagadougou. Des militaires ont investi les lieux ce mercredi en fin d’après-midi. Il s’agit de membres du RSP, la garde présidentielle burkinabè, qui ont fait irruption en plein conseil des ministres. Ils auraient désarmé les soldats en faction sur les lieux, confisqué les téléphones des ministres et fermé le portail du palais.
 
Pour l’instant, impossible de savoir ce qu’il se passe à l’intérieur. Le président de transition, Michel Kafando, et son Premier ministre Isaac Zida, ainsi que plusieurs membres du gouvernement, sont aux mains de soldats de la garde présidentielle. Aucune revendication n’a pour l’instant été émise par ce groupe de militaires. On ignore les motivations de ces soldats.
 
Selon un journaliste de l’Agence France-Presse, des militaires ont pris position, en armes, tout autour du palais présidentiel.
 
■ « La nation est en danger », selon le président du CNT
 
Cherif Sy, le président du Conseil national de transition (CNT), a dénoncé ce soir une « prise d’otage » et déclaré que « la nation est en danger ». Dans un communiqué, Cherif Sy fustige « une énième irruption du RSP » qu’il qualifie « d’atteinte grave à la République et à ses institutions ».
 
Il précise que les militaires ont fait irruption dans la salle du conseil des ministres « à 14h30 » et que sont actuellement retenus de force, outre le président Michel Kafando et le Premier ministre Isaac Zida, « le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Pr Augustin Loada et le ministre de l’Habitat de l’urbanisme René Bagoro. »
 
Il appelle « tous les patriotes à se mobiliser » et assure qu’un dialogue est actuellement en cours entre la haute hiérarchie militaire et les éléments du RSP actuellement retranchés dans le palais présidentiel où ils retiennent de force le chef de l’Etat et le Premier ministre.
■ Le Balai citoyen appelle à la mobilisation
 
Le Balai citoyen, fer de lance du mouvement qui a conduit à la chute de Blaise Compaoré, a appelé sur les réseaux sociaux à la « mobilisation générale à la place de la Révolution pour sauver Kosyam, pris en otage par le RSP et dire non au coup d’Etat en cours ».
 
■ Le RSP, au centre de la tension politique
 
Les relations sont difficiles entre le Premier ministre Isaac Zida, pourtant issu de l’armée, et les hommes du Régiment de la sécurité présidentielle. Plusieurs crises – en décembre, en février et en juin – ont opposé Zida à ses anciens camarades.
 
Cette intervention des militaires intervient alors que, ce lundi, la commission de réconciliation et de réformes mise en place durant la transition a rendu son rapport, qui préconise notamment la dissolution du RSP. Y-a-t-il un lien direct entre ces évènements ? Pour l’instant, il est encore difficile de le dire puisque l’on ne connaît pas les motivations des soldats qui ont investi le palais de la présidence.
 
Cette intervention des militaires du RSP intervient également à quelques semaines seulement de l’élection présidentielle et des législatives, prévues le 11 octobre prochain dans le cadre du processus de transition, entamé après la chute de Blaise Compaoré, le 31 octobre 2014, après 27 années à la tête du pays.
 
« Le RSP est une plaie dans la démocratie. Nous en demandons la dissolution », dénonce Guy-Hervé Kam, porte parole du Balai citoyen, contacté par RFI. Il estime également que c’est sans doute la teneur du rapport de la Commission qui a mis le feu aux poudres. « Ce que la commission demande c’est que le RSP, en tant que régiment militaire, ne s’occupe plus de la sécurité du président au Burkina Faso. Dans toutes les bonnes Républiques, c’est comme ça. (…) Les militaires ont pris goût à ça », déplore-t-il. Pour Guy-Hervé Kam, « le RSP doit redevenir un régiment républicain, une unité d’élite. Et l’armée en a besoin ».
 
source : RFI
 

1 COMMENTAIRE

  1. Tant que ce chien de Blaise compaoré erre toujours le Burkina ne peut connaitre la tranquilité: il ne voudra jamais voir un autre reussir là ou il a pitoyablement echoué.
    Quand on fait une revolution contre une dictature de 27ans avec la clef des assassinats en mains( sankara, zongo Norbert …) le mensonge d’Etat, le gangsterisme d’Etat( pillage des banques dans la sous region-Cote d’ivoire, la rebellion des pietres arrivistes Soro et son maître ouattara), il fallait en premier lieu s’occuper du cas de ce chien errant- exemple de JJRawlings
    Blaise compaoré est à tuer de la meme façon qu’un kadhafi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

3 + 1 =

LES + LUS

La colère de FOUSSENA DJAGBA contre le hold up électoral du 22 février

*FOUSSENA DJAGBA S’INDIGNE DES RÉSULTATS ANNONCÉS PAR LA CENI ET INVITE LES POPULATIONS A DESCENDRE DANS...

Togo : Leçon amère, mais leçon magistrale quand même

Un des bulletins de vote pré-votés Faure pour bourrer les urnes lors de la présidentielle 2020 au Togo | Photo...

Manifestation contre la victoire de Faure Gnassingbé : Gilbert Bawara met en garde le camp d’Agbéyomé

L’idée de manifester contre les résultats rendus publics par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) donnant gagnant,...

Entendra-t-il enfin raison pour partir ou voudra-t-il être poussé par la petite porte?

« …le pouvoir des Gnassingbé qui a fait de l’armée nationale sa branche armée, et qui entretient...