CAN 2013 : Le Togo passe en quarts malgré un arbitrage très calamiteux

eperviers_can2013_en_quartsPour la première fois de son histoire, l’équipe togolaise sera présente en quarts de finale de la coupe d’Afrique des Nations au terme d’une rencontre avec les Aigles de Tunisie à déconseiller aux cœurs sensibles. Déjà surprenants contre la Côte d’Ivoire et réalistes contre l’Algérie, les Eperviers ont prouvé que la Coupe d’Afrique, à l’exception de l’Afrique du Sud, sera cette année la coupe de la Cedeao dès les quarts de finale.
Très présents dès l’entame de match, le Togo a posé les pieds sur le cuir et avant le premier quart d’heure habituellement consacré à prendre le pouls de l’adversaire, Serge Gakpé, sur une ouverture de son capitaine qui a pris tout son temps pour ajuster sa passe, ouvre le score en croisant son tir du pied gauche. Première occasion, premier but. La panique se saisit alors des Tunisiens qui voient la qualification leur échapper. 7 minutes plus tard, Emmanuel Adébayor eut l’occasion de corser l’addition. Sur une passe de Gakpé venant de la gauche des buts tunisiens, le capitaine manqua de peu de doubler la mise.
A la 29ème minute, sur un corner anodin, l’attaquant tunisien Hichri embobina l’arbitre en exagérant un contact avec le défenseur Nibombé Daré et l’obligea à désigner le point de pénalty. Mouelhi le transforma et remit les deux équipes à égalité. 40ème minute, sur une contre-attaque dans la surface de réparation tunisienne, un défenseur togolais contra involontairement la balle de la main mais l’arbitre laisse le jeu se poursuivre. La mi-temps intervient et d’une manière générale, le Togo a levé le pied de l’accélérateur après son but.
A la reprise, les deux équipes se sont décidées à ne pas se faire de cadeau. A la 58ème minute, Emmanuel Adébayor se présente face au portier tunisien, mais il a été ralenti dans sa course par un défenseur tunisien, pareillement comme l’action qui a amené le pénalty tunisien. Mais le juge central ferma les yeux dessus. Une minute plus tard, Floyd Ayité hérite d’une balle superbement donnée, mais tarda à armer son tir, ce qui permit à la défense de se dégager. Sur une passe somptueuse à la 63ème minute du capitaine des Eperviers en direction d’Amewou Komlan, celui-ci manqua l’occasion de corser l’addition. 7 minutes plus tard les supporters du Togo avaient cru le coup de tête rageur du capitaine togolais dans les filets. Le centre de Floyd Ayité est repris de la tête par Emmanuel Adébayor, mais la balle rebondit sur l’angle supérieur du montant gauche du portier tunisien. Une minute plus tard, le capitaine togolais s’engouffre dans la surface et est stoppé de façon irrégulière par le goal tunisien, après avoir subi un tirage de maillot d’un défenseur adverse. Sur l’action, l’arbitre aurait dû sortir un carton rouge et donner un pénalty aux Eperviers. Mais M. Bennett ne broncha pas. A croire que le juge central a pris fait et cause pour une équipe avant la rencontre.
A la 77ème minute, comme pour confirmer les appréhensions de bon nombre de spectateurs, l’arbitre ne rata pas l’occasion qu’un attaquant tunisien lui offre dans son contact avec Nibombé dans la surface et indique le point de pénalty. La sévérité de M. Daniel Bennett dans cette action s’affiche puisqu’il brandit 3 cartons jaunes à Emmanuel Adébayor, Jonathan Ayité et Kossi Agassa. Mais les dieux avaient choisi le Togo, puisque le même tireur, Mouelhi, vit sa balle ricocher sur le poteau gauche des buts du portier togolais. A 5 minutes de la fin du match, les Togolais continuent de jouer haut, ce qui a assez embarrassé assez les Tunisiens. Tant et si bien que la fin surprit les joueurs sans aucun changement au marquoir.
Rien n’a été offert au Togo ce mercredi. Mais s’il y en a un qui n’a pas vraiment aidé les Togolais, c’est M. Bennett, l’arbitre de la partie. Deux penalties accordés à la Tunisie dont un imaginaire, contre trois penaltys illogiquement refusés aux Togolais. A croire qu’il a reçu de quelque part – suivez nos regards – dans les vestiaires, des consignes pour renvoyer le Togo à la maison. Mais Dieu était togolais. Au finish, les Eperviers pourront goûter pour la première fois aux quarts de finale de la CAN. Tout le mal qu’on puisse souhaiter aux Eperviers est de tomber sur des arbitres plus professionnels et moins partisans.


Godson K.
liberte-togo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *