La CDPA appelle a rejeté la loi des finances exercice 2017


Brigitte_Adjamagbo_johnson-500

COMMUNIQUE DE LA CDPA

 
 
La Cdpa demande aux députés de rejeter le projet de loi portant loi de finances gestion 2017, de sanctionner le gouvernement et d’exiger du président de la République un discours sur l’état de la nation.
 
L’assemblée nationale du Togo s’apprête à voter le projet de loi portant loi de finances gestion 2017 qui, selon le
communiqué du conseil des ministres, est axé sur l’atteinte des objectifs prévus dans la Stratégie de croissance
accélérée et de promotion de l’emploi (Scape) 2013-2017. Ces prévisions budgétaires s’équilibrent en ressources et en
charges à 1 2018,7 milliards de francs cfa et passent, enfin, la barre du 1 000 milliards de francs cfa.
 
La Cdpa aurait apprécié l’effort si ce projet de budget 2017 n’avait pas privilégié le remboursement de la dette (35,72% des dépenses) au détriment des salaires (15,68% des dépenses). Comment comprendre une telle orientation après les sacrifices incommensurables que ce peuple avait consenti pour bénéficier de la réduction de la dette en vue de financer le secteur social, pourtant considéré comme prioritaire par le mandat illégitime du Président de la
République ?
 
La Cdpa aurait accepté ce projet de budget 2017, si la part des dépenses, consacrée à la Scape avait nettement dépassé la barre des 55,61%. Comment peut-on nous faire croire dans ces conditions, que la croissance accélérée et la
promotion de l’emploi sont possibles ?
 
La Cdpa aurait applaudi l’exploit si ce projet de budget 2017 ne programmait pas le financement de la Scape (55,61%
des dépenses), avec des dons projets, emprunts projets, emprunts, appuis budgétaires et emprunts obligataires
(44,09% des recettes). Comment comprendre qu’un gouvernement responsable prétende développer nos secteurs à
fort potentialité de croissance, renforcer nos infrastructures économiques, renforcer la gouvernance, promouvoir un
développement participatif équilibré et durable et enfin développer le capital humain, la protection sociale et
l’emploi avec des aides et surtout avec des prêts dont le remboursement redevient un fardeau insoutenable pour notre
économie ?
 
La Cdpa aurait compris l’autosatisfaction des autorités, si ce projet de budget 2017 n’avait pas donné autant de poids aux dépenses communes diverses qui passent de 7,5% du budget 2016 à 8,5% du budget 2017. Comment accepter
qu’une gouvernance transparente maintienne à ce niveau dans un projet de loi de finances, cette rubrique hétéroclite
fourre-tout, pourtant dénoncée par les nouvelles directives relatives aux finances publiques de l’Union économique et
monétaire ouest africaine (Uémoa) ?
 
Non, la Cdpa, n’approuve pas ce projet de loi de finances scélérate, qui prétend mettre l’accent sur la croissance
stratégique, alors qu’une part importante du budget est consacrée au remboursement de la dette. La Cdpa ne
cautionne pas ce projet qui fait reposer notre développement sur la poche des autres, c’est-à-dire des ressources
aléatoires. La Cdpa refuse ce budget dont les dépenses en investissement ne créent pas d’emplois décents de qualité
permettant aux jeunes d’accéder à des revenus à la hauteur des difficultés que connaissent les ménages. La Cdpa
dénonce ce budget qui n’alloue que 15,61% aux dépenses de personnel alors que la plupart des fonctionnaires du
secteur de l’éducation, excédés par le dilatoire du gouvernement, sont actuellement en grève.
 
La Cdpa invite les députés à faire leur travail, en rejetant ce projet de budget 2017 qui se présente comme une belle
architecture de finances publiques, mais se trouve en réalité être un mirage pour l’enjeu du développement durable,
sans aucune portée de progrès social au Togo.
 
La Cdpa demande à la représentation nationale de voter une motion de censure contre ce gouvernement qui en est le
responsable et d‘exiger du Président de la République, un discours sur l’état de la nation prononcé devant les députés et diffusé en directe sur les médias.
 
 
Fait à Lomé le 26 décembre 2016
 
Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

 
lomévi (www.togoactualite.com)